Remaniement : l'Élysée tente de séduire Nicolas Hulot avec un "super-ministère"

Publié à 17h43, le 03 février 2016 , Modifié à 15h44, le 04 février 2016

Remaniement : l'Élysée tente de séduire Nicolas Hulot avec un "super-ministère"
François Hollande et Nicolas Hulot, dans le bureau du président de la République © CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP

ALLEZ VIENS - Officiellement, Nicolas Hulot ne veut pas entrer au gouvernement. Mais cela n'empêche pas François Hollande de tout faire pour le recruter. L'écolo le plus connu de France est aini courtisé de manière offensive par l'Élysée, alors que se profile un remaniement imminent.

Selon les informations d'Europe 1 mercredi 3 février, l'ancien présentateur d'Ushuaïa se voit donc proposer un "super ministère" dans l'optique du remplacement de Ségolène Royal, qui pourrait vraisemblablement entrer au Quai d'Orsay à la place de Laurent Fabius, en partance pour le Conseil constitutionnel. L'intéressé a été reçu à l'Élysée plus d'une heure durant ce mercredi, en présence du chef de la cellule diplomatique de l’Elysée, Jacques Audibert. Et le périmètre de son ministère serait très large : ministre d’État, numéro 2 du gouvernement avec l’Écologie mais aussi, s’il le souhaite, l’Énergie et les Transports.

Et d'après Libération, au-delà du poste en lui-même, l'exécutif fait des offres alléchantes à Nicolas Hulot :

 

"

On lui fait donc miroiter un enterrement du projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, une poursuite du moratoire sur l’exploration du gaz de schiste, un règlement de la question des boues rouges générées par la fabrication de l’aluminium qui polluent la Méditerranée.

"

Après la Cop21, Nicolas Hulot a cessé son activité d'envoyé spécial de l'Élysée pour la planète. Depuis des mois, François Hollande cherche le moyen de faire revenir des verts au gouvernement, après leur départ en mars 2014, au moment de la nomination de Manuel Valls à Matignon. Hulot, très populaire, ferait parfaitement l'affaire. Il "a une grosse pression pour être ministre", explique un de ses proches à Libé.

Mais rien n'est plié pour autant. Malgré tout ça, Nicolas Hulot pourrait bien ne pas accepter l'offre, préférant se consacrer sur la présidentielle et à la mise sur pied d'un grand mouvement écolo. Il refuserait donc à nouveau un portefeuille ministériel, après ceux proposés par Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy en leur temps.





[Edit 04/02 15h40]

Et finalement, ça n'arrivera pas. Nicolas Hulot a annoncé jeudi sur Twitter qu'il n'entrerait pas au gouvernement. Mais comme ce n'est vraisemblablement pas lui qui gère son compte Twitter, l'annonce est faite à la troisième personne : 

Du rab sur le Lab

PlusPlus