Remaniement : Martine Aubry dément s'être positionnée pour le Quai d'Orsay

Publié à 07h34, le 09 février 2016 , Modifié à 11h19, le 09 février 2016

Remaniement : Martine Aubry dément s'être positionnée pour le Quai d'Orsay

CANDIDATE (À UN MAROQUIN) - C'est la grande absente du quinquennat. En retrait depuis don fief lillois depuis l'élection de François Hollande, Martine Aubry a très régulièrement critiqué sans ménagement la politique de l'exécutif et certains ministres (n'est-ce pas, Emmanuel Macron ?). Incarnation de l'aile gauche du PS, l'ancienne ministre de l'Emploi a parfois été présentée comme une option possible pour François Hollande en cas de remaniement, si le chef de l'État souhaitait "gauchir" son équipe. Mais cela ne s'est jamais fait. Et voilà que c'est l'intéressée elle-même qui formule une offre de services

C'est en tous cas ce qu'affirme Le Parisien, mardi 9 février (et ce que l'intéressée a vivement démenti dans la matinée, voir en fin d'article). D'après le quotidien, l'ancienne Première secrétaire du Parti socialiste aurait ainsi "fait savoir discrètement à François Hollande" qu'elle se verrait bien au ministère des Affaires étrangères. Il s'agit du principal poste qui devrait connaître un changement à l'occasion du remaniement imminent de ce mois de février, avec le très probable départ de Laurent Fabius pour le Conseil constitutionnel. 

Cette nomination aurait eu plusieurs avantages pour François Hollande : l'arrivée au gouvernement d'un poids-lourd de l'aile gauche du PS, et ce après le départ de Christiane Taubira du ministère de la Justice et alors que le gouvernement est plus vallsiste que jamais ; mais aussi l'entrée d'une femme, qui permettrait de rééquilibrer les choses en termes de parité (non respectée aujourd'hui, contrairement à la promesse du candidat Hollande en 2012), qui plus est à un poste régalien

A priori, Ségolène Royal est sur les rangs pour remplacer Laurent Fabius au Quai d'Orsay. Mais, toujours selon Le Parisien, la maire de Lille disposerait de "l'appui" de Laurent Fabius. Le quotidien rappelle à ce titre cette phrase de l'actuel ministre des Affaires étangères, au cours d'une conférence de presse avec Martine Aubry en décembre 2014 :

 

"

Martine Aubry est une amie de longue date. Sur la politique internationale, il n'y a aucune différence d'approche.

"

Ça ne peut pas faire de mal.

L'information a cependant été démentie auprès de plusieurs journalistes :

[Edit 9h05] Non merci

Et la réponse officielle de Martine Aubry ne s'est pas faite attendre : dans un communiqué transmis à l'AFP, la maire de Lille assure qu'elle "ne souhaite pas" entrer au gouvernement. Tout simplement. Elle écrit : 

"

Je viens de lire l'article du 'Parisien' annonçant que j'aurais fait des offres de service pour être ministre des Affaires étrangères. J'imagine bien d'où vient ce nouveau coup de billard à 12 bandes ! Je n'ai jamais rien demandé dans ma vie. Je ne vais pas commencer maintenant. Quant à une entrée au gouvernement, j'ai déjà dit et je le redis que je ne le souhaite pas.

"

Telle le Nicolas Hulot des grands jours... 

Auprès de La Voix du Nord, elle ajoute : "J’ai cru à un gag en découvrant l’article".

Du rab sur le Lab

PlusPlus