Sans local fixe, les cadres du mouvement de Hamon tiennent leurs réunions de travail dans "des cafés"

Publié à 10h39, le 30 novembre 2017 , Modifié à 10h44, le 30 novembre 2017

Sans local fixe, les cadres du mouvement de Hamon tiennent leurs réunions de travail dans "des cafés"
Benoît Hamon © AFP

BREF - Lancé au mois de juillet, et malgré de grandes ambitions internationales, le M1717 de Benoît Hamon est ce que l'on peut qualifier de petit parti. Tout petit, même. Il ne se réunit certes pas "dans une cabine téléphonique", comme le veut l'expression consacrée, mais pas loin.

On apprend en effet, dans Paris Match jeudi 30 novembre, que le mouvement hamoniste, en plus de ne bénéficier d'aucun financement public puisqu'il n'existait pas au moment des législatives et n'a donc aucun élu, "ne dispose d’aucun local fixe". Guillaume Balas, eurodéputé socialiste et lieutenant de l'ex-candidat à la présidentielle, précise donc en "se marrant" à l'hebdomadaire :

On fait la tournée des cafés pour travailler.

 

On ne veut pas dire, mais il faudra peut-être songer au moins à louer un petit quelque chose si Benoît Hamon veut, comme il l'a réaffirmé lundi sur Europe 1, construire "un bloc progressiste" avec d'autres formations politiques de gauche au niveau européen...

Alors que son Mouvement du 1er juillet, lancé après les défaites socialistes du printemps, doit fixer le week-end prochain son identité et sa stratégie, l'ancien ministre de l'Éducation nationale a indiqué qu'il prévoyait d'annoncer l'adhésion de 40.000 membres. Le questionnaire en ligne proposé à ses sympathisants a obtenu "près de 30.000 réponses", a-t-il précisé.



À LIRE SUR LE LAB :

Depuis les Etats-Unis, Benoît Hamon appelle à "une alliance internationale des progressistes"

Du rab sur le Lab

PlusPlus