Sarkozy se pose en candidat de "la France de la vie réelle" face à une élite qui aime "avec son panier, en osier, aller acheter des œufs frais"

Publié à 18h36, le 09 octobre 2016 , Modifié à 20h58, le 09 octobre 2016

Sarkozy se pose en candidat de "la France de la vie réelle" face à une élite qui aime "avec son panier, en osier, aller acheter des œufs frais"
Nicolas Sarkozy © Capture d'écran iTÉLÉ

Pour Nicolas Sarkozy, la France est en voie de grand déclassement. Tout du moins une partie de la France. Car il y a l'autre, minoritaire, celle qu'il aime présenter comme "les beaux esprits", "les militants du renoncement", "les bien-pensants", qui ne rentre pas du tout dans son champ d'action. il s'en moque et l'oppose à celle de "la vie réelle".

Ce dimanche 9 octobre, au Zénith, à Paris, le candidat à la primaire de la droite donne ainsi sa vision pour le moins sombre du pays dirigé par François Hollande. Mais l'ancien chef de l'État explique que son regard ne cède pas "aux sirènes du pessimisme". Ce positionnement permet à l'ex-Président de se différencier de son principal adversaire à la primaire de la droite, Alain Juppé, qu'il attaque donc sans jamais le nommer.

Tout cela est binaire : selon Nicolas Sarkozy, il y a d'un côté le candidat des élites qui imaginent la France "si heureuse" et de l'autre il y a lui, celui qui est candidat "pour dire la vérité, pas pour la taire". L'ancien chef de l'État livre donc une critique sans détour de "cette élite", ou au moins de ceux qu'il imagine en être, non sans quelques clichés. Il dit :

 

Moi, je vous le dis, la France est trop malade pour qu'on la soigne à dose homéopathique. Je suis candidat pour parler du quotidien des Français, pas pour être le représentant d'une petite élite pour qui tout va bien, cette élite si puissante dans la sphère administrative et médiatique et si minoritaire dans le pays. Cette élite, elle ne prend pas le métro, elle voit les trains de banlieue en photo, elle regarde avec une larme à l'œil les collèges de ZEP et elle s'imagine qu'il y a même des commissariats où on peut éventuellement déposer une main courante (???).Cette élite-là, elle n'a jamais mis les pieds dans les exploitations agricoles au bord du gouffre même si elle aime avec son panier, en osier, aller acheter des œufs frais, le matin chez la fermière. [Applaudissements] Cette élite, ça fait longtemps qu'elle n'a pas poussé la porte d'un de ces petits commerces qu'on a braqués pour la 3e ou 4e fois et qui se demandent ce qu'ils ont fait à travailler 14 heures par jour pour qu'on vienne dévaliser une caisse où il y a 250 euros de recettes. C'est un scandale que cette France-là ait peur.

Un passage isolé par le Labà revoir en vidéo ci-dessous :


Sarkozys'oppose à cette élite qui aime "avec...par LeLab_E1

Selon Nicolas Sarkozy, il y a donc deux France : "cette France-là", celle qu'il entend défendre, et la "France si bien protégée" des élites qui est "touchante parce qu'elle imagine que sa vie, c'est la vie". "Elle croit que son monde c'est son monde, et que c'est le seul. Et quand elle daigne regarder l'autre France, la France exposée aux maux si profonds de notre pays, elle le fait de haut. Elle porte sur celle des jugements, des jugements de valeur qui font mal. Elle la croit raciste. Elle la croit sécuritaire. Elle la croit xénophobe. Elle trouve qu'elle manque de hauteur de vue, qu'elle manque de grandeur morale, qu'elle manque d'humanité, et par-dessus tout, le plus grave qu'elle n'est pas moderne. Alors ça c'est grave !" s'amuse-t-il, déclenchant les applaudissements de la salle. Il ajoute :

Cette France de la vie réelle qui est regardée de haut, cette France qui se sent incomprise, qui se sent maltraitée, qui ne se sent plus représentée, moi je veux être son porte-parole, parce que toute ma fierté c'est de porter la parole de cette France-là.

Voilà : Nicolas Sarkozy se veut donc le porte-parole de "la majorité silencieuse". Une expression chérie par l'ancien chef de l'État. En 2012, quelques semaines avant le premier tour de l'élection présidentielle, le président sortant s'en remettait à cette même "majorité silencieuse". "Si le peuple de France décide que la majorité silencieuse refuse le diktat de la pensée unique, refuse les scénarios écrits à l'avance, refuse qu'on lui impose des idées dont elle ne veut pas, et si ce peuple de France, où qu'il se trouve, quel qu'il soit, dit 'maintenant, ça suffit, c'est nous en liberté qui choisirons le prochain président de la République' alors, je vous le dis [...] oui, on va gagner", disait-il à l'époque.

Nicolas Sarkozy a peut-être changé comme il l'assure, mais il a conservé les mêmes marottes : opposer "majorité silencieuse" et "les bien-pensants". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus