Selon un ex-conseiller, Myriam El Khomri voit en François Hollande un "amateur"

Publié à 09h00, le 24 août 2016 , Modifié à 09h00, le 24 août 2016

Selon un ex-conseiller, Myriam El Khomri voit en François Hollande un "amateur"
Manuel Valls, François Hollande et Myriam El Khomri © ALAIN JOCARD / AFP

CA BALANCE - Pierre Jacquemain en a gros. L'ancien conseiller de Myriam El Khomri, qui a démissionné de ses fonctions avec fracas en février dernier, publie un livre, Ils ont tué la gauche (éd. Fayard) dans lequel il narre, de son point de vue, les coulisses de l'adoption de la fameuse loi travail.

Dans cet ouvrage dont l'AFP publie ce mercredi 24 août des extraits, Pierre Jacquemain explique que l'actuelle ministre du Travail n'était qu'un faire-valoir dans la composition de cette réforme, une figure mise en première ligne, susceptible d'encaisser les coups – ce qui n'a pas manqué. Selon Pierre Jacquemain, Myriam El Khomri en veut particulièrement à François Hollande. Il écrit que la ministre du Travail aurait "progressivement tourné le dos" au chef de l'État, "le taxant d''amateur' en privé".

Elle, d'après son ancien conseiller démissionnaire, ne serait qu'un pantin, ce dont l'intéressée s'est toujours défendue. Si l'on en croit Pierre Jacquemain, c'est ailleurs qu'il faut chercher les responsabilités, notamment en ce qui concerne les mesures les plus contestées de la loi travail. Il affirme :

"

Dans la coulisse, la ministre du Travail n'adhérait pas aux arbitrages de Matignon, qu'il s'agisse de l'inversion de la hiérarchie des normes, du licenciement économique ou même du plafonnement des indemnités prud'homales. […] Ces mesures sont l'œuvre d'Emmanuel Macron.

 

"

"Myriam El Khomri a abandonné la politique. Les idées. La pensée. Et la gauche avec. Elle est devenue la super-cheffe de l'administration du Travail", ajoute-t-il, assurant que la ministre du Travail a pensé à démissionner. Ce qu'elle n'a pas fait.

Du rab sur le Lab

PlusPlus