S’il assure rester "loyal" à Fillon, Juppé se prépare : "je ne me défilerai pas"

Publié à 07h09, le 03 mars 2017 , Modifié à 11h18, le 03 mars 2017

S’il assure rester "loyal" à Fillon, Juppé se prépare : "je ne me défilerai pas"
Alain Juppé. © AFP

François Fillon commence à être lâché par bon nombres des membres de son équipe de campagne. Et particulièrement par les juppéistes qui, à l’instar de Benoist Apparu, Edouard Philippe ou Gilles Boyer, prennent leurs distances avec le candidat issu de la primaire embourbé dans le "Penelope Gate" et convoqué par les juges d'instruction le 15 mars en vue de sa mise en examen.

Alain Juppé lui-même ne bougera pas tant que François Fillon n’aura pas abdiqué et ne l’aura pas adoubé, assure-t-il. S’il a dit être "prêt" pour être le recours, le fameux plan B, auprès de ses proches, le maire de Bordeaux, défait largement par François Fillon à la primaire, assure qu’il "restera loyal", comme le rapporte Le Parisien de ce vendredi 3 mars.

Mais le maire de Bordeaux sent bien que son heure est (re)venue, lui qui a caracolé en tête des sondages pendant de long mois avant d'échouer au second tour de la primaire. "Cette situation ressemble à un suicide collectif", peste l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac, avant d’asséner un tonitruant et révélateur :

"

Je ne me défilerai pas.

"

Une phrase qui prend tout son sens avec l’action menée par nombre d’élus de droite qui tentent de lancer un mouvement de parrainages en faveur d’Alain Juppé, au cas où François Fillon finisse par renoncer.

Mais pour l’instant, François Fillon, pour qui les électeurs se fichent "complètement" du "Penelope Gate", tient bon et continue de marteler qu’il ira jusqu’au bout. "Vous allez voir que je vais gagner", a-t-il même confié au Parisien pour démontrer que sa confiance et sa motivation sont intactes.



[EDIT 11h15]

Alain Juppé a enregistré son premier parrainage ce vendredi. La maire de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) Marie-Claude Jarrot a envoyé son formulaire, publié par le Conseil constitutionnel.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Des élus de la droite et du centre lâchent en masse François Fillon 

> VIDÉO - Selon François Fillon, les électeurs se fichent "complètement" du "Penelope Gate" 

> Villepin s’en prend à son tour à François Fillon : "crier à la guerre civile, c’est prendre le risque de la faire advenir" 

Du rab sur le Lab

PlusPlus