Figure des droits des femmes, Simone Veil est décédée à l'âge de 89 ans

Publié à 10h51, le 30 juin 2017 , Modifié à 14h17, le 26 décembre 2017

Figure des droits des femmes, Simone Veil est décédée à l'âge de 89 ans
Simone Veil défendant sa loi sur la dépénalisation de l'interruption volontaire de grossesse à l'Assemblée nationale, le 26 novembre 1974 © AFP

Ce vendredi 30 juin, la figure des Droits des femmes Simone Veil est décédée, à l'âge de 89 ans, selon une information du JDD, confirmé par l'AFP.

Ministre de la Santé entre 1974 et 1979, c'est à elle qu'on doit la "loi Veil" dépénalisant l'interruption volontaire de grossesse. Par la suite, cette rescapée d'Auschwitz-Birkenau deviendra députée européenne puis présidente du Parlement européen, de 1979 à 1982, première femme de l'histoire à occuper ce poste.

À LIRE :

ARCHIVES - IVG, devoir de mémoire, Europe : Simone Veil, une voix qui portait

"Inspiratrice" et "exemple" : les femmes politiques rendent hommage à Simone Veil

Des politiques et associations appellent à la panthéonisation de Simone Veil

Le président de la République Emmanuel Macron a salué sa mémoire, adressant ses "très vives condoléances à sa famille" et ajoutant : "Puisse son exemple inspirer nos compatriotes, qui y trouveront le meilleur de la France."

Dans un communiqué, le Président ajoute :

"

L’esprit de la Nation se nourrit de vies exemplaires. La vie de Simone Veil fut de celles-ci. Elle fit honneur à la France et nous montre ce que nous savons être lorsque nous livrons les combats de la liberté et du progrès.



La France en deuil exprime à Madame Simone Veil sa gratitude. Puisse son exemple inspirer longtemps nos compatriotes, qui y trouveront le meilleur de la France.

"

"Simone Veil a incarné la dignité, le courage et la droiture", écrit pour sa part François Hollande, selon qui "la France perd une de ses grandes consciences". "Simone Veil a traversé l'Histoire et a fait l'Histoire. Pour avoir connu l'enfer, elle s'était engagée pour faire avancer le droit et construire l’Europe. Elle fut d’ailleurs la première Présidente élue du Parlement Européen", ajoute l'ancien chef de l'État.

screenshot.6

Se disant "bouleversé" et souhaitant que "sa vie exemplaire reste une référence pour les jeunes", Valéry Giscard d'Estaing, qui en avait fait sa ministre de la Santé publique en 1974 et l'avait chargée de porter la loi sur l'IVG, écrit : "C'était une femme exceptionnelle qui avait connu les plus grands bonheurs et les plus grands malheurs de la vie."

"Simone Veil reste immortelle", écrit Nicolas Sarkozy dans un long texte publié sur Facebook.

"Simone Veil restera le visage d'une République debout, humaine, généreuse", dit le Premier ministre Édouard Philippe :

Le gouvernement lui a rendu hommage via son compte Twitter :

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus