Six choses que ignoriez sur Bernard Cazeneuve (et que vous auriez préféré ne jamais savoir)

Publié à 12h42, le 06 décembre 2016 , Modifié à 13h33, le 07 décembre 2016

Six choses que ignoriez sur Bernard Cazeneuve (et que vous auriez préféré ne jamais savoir)
Bernard Cazeneuve © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Bernard Cazeneuve a été nommé ce mardi 6 décembre Premier ministre en remplacement de Manuel Valls, désormais candidat à la présidentielle – enfin à la primaire de la Belle Alliance Populaire.

Taiseux, discret, "le silencieux", comme le surnomme François Hollande n'est pas l'homme politique le plus connu des Français. Cette litote étant évacuée, laissez-nous vous évoquer six choses à savoir sur le nouveau chef du gouvernement.

 

#1 Il est élégant

Il ne s'agit pas d'une affirmation du Lab mais du constat érigé par le magazine GQ. En avril 2016, le mensuel a en effet désigné celui qui était encore ministre de l'Intérieur comme "le Français le mieux habillé"

L'ancien député-maire de Cherbourg-Octeville est "l’homme politique français qui affiche le plus d’attention et de connaissance en matière de vêtements. Sur le terrain ou au Parlement, il sait parfaitement adapter sa mise à son environnement. Même avec une veste matelassée, Bernard Cazeneuve reste fidèle à la devise de 'GQ' : rester chic en toutes circonstances", écrivait le mag.

La coquetterie se note d'ailleurs dans les nombreux couvre-chefs que possède le socialiste, des chapeaux destinés à la protéger avant tout du froid car, admet-il, il ne peut pas "compter sur les attributs que lui a donnés la puissance céleste pour être protégé". Comprendre : sa calvitie. 

Pas sûr toutefois que tout le monde soit d'accord. Interrogé par le JDD le 28 décembre 2014, Thierry Braillard, secrétaire d'État aux Sports, considérait que Bernard Cazeneuve avait "un look un peu notaire de province"

 

#2 Il est moderne

Non seulement Bernard Cazeneuve est élégant mais en plus, il est moderne. Ou du moins, il se donne du mal pour l'être. Début 2015, cité par L'Obs,il évoquait un choix de 2012, alors qu'il venait d'être nommé au gouvernement comme ministre délégué aux Affaires européennes. À Colombey-les-Deux-Églises, devant la Citroën DS du général de Gaulle, le ministre de l'Intérieur confiait :

"

J’avais une DS de collection, modèle 68, mais je l’ai vendue quand je suis entré au gouvernement car je trouvais qu’arriver en DS au Quai d’Orsay n’améliorerait pas mon image de modernité…

 

"

 

#3 Il parle le créole

Bernard Cazeneuve est polyglotte. Il parle notamment, en sus du français, le créole, un héritage de son parrain guyanais, précisait le JDD en 2013. Ce qui était bien pratique pour communiquer discrètement avec Christiane Taubira lorsque cette dernière était encore au gouvernement.

En février 2015, invité de l'émission Bureau Politique sur LCI, il avait expliqué que s'il parlait en créole avec la garde des Sceaux d'alors, c'était uniquement "dans l'intimité".

 

#4 Il fait la même taille que Nicolas Sarkozy

Se moquer du physique, c'est mal. Mais quand il s'agit de la taille de l'ancien chef de l'État, Bernard Cazeneuve a le droit et pour cause, il fait la même. En mars 2015, en meeting à Lognes, en Seine-et-Marne, le ministre de l'Intérieur avait attaqué le président de l'UMP sur ce registre :

"

J'ai un seul point commun avec Nicolas Sarkozy : je peux lui parler droit dans les yeux.

 

"

Ce n'était pas la première fois que "le silencieux" visait ainsi l'ancien Président. "Je fais 1 centimètre et demi de plus que Nicolas Sarkozy", avait-il notamment dit par le passé (les Échos en mars 2013). "Je fais 1 mètre 67 sans talonnettes", notait-il également (Sud- Ouest).

 

#5 Il est super drôle

Au sein de l'Éxécutif, l'humour n'est pas l'apanage de François Hollande. Bernard Cazeneuve aussi aime beaucoup rire. Cela se voit avec Nicolas Sarkozy et la taille, une taille qui, de son propre aveu, est aussi ce qui le "rapproche d'Éric Ciotti", le député LR des Alpes-Maritimes.

Mais les centimètres ne sont pas les seuls sujets de gaudriole. Bernard Cazeneuve peut aussi plaisanter sur… au hasard, la barbe d'Emmanuel Macron. En janvier 2016, celui qui était encore ministre de l'Économie était revenu de ses vacances de Noël avec le visage tout poilu. Ce qui lui avait valu un trait d'humour de la part de son collègue de l'Intérieur, rapporté à l'époque par Le Canard Enchaîné :

 

"

C'est un signe de radicalisation, il va falloir faire quelque chose.

"

En juin 2016, alors que les grèves contre la loi Travail menaçaient la bonne tenue de l'Euro de football, il s'était laissé aller à une bonne blagounette :

"

On craint un épisode neigeux massif qui bloquerait les raffineries pendant l’Euro.

 

"

#6 Il adore regarder des discours de Pompidou

Bernard Cazeneuve fait des efforts pour paraître moderne (voir plus haut). Mais cela ne l'empêche de regarder parfois dans le rétro. En avril 2015, il confiait au Point l'une de ses hantises : le conflit. Pour preuve, expliquait l’intéressé, il a comme passe-temps (rare) les vidéos d’archives de l’INA. Et particulièrement les discours d’un ancien président gaulliste de la 5e République :

"

Je vais de temps en temps sur le site de l’INA voir les discours de Pompidou. Il n’y a pas un mot polémique chez Pompidou. Chez moi, vous pouvez chercher, vous trouverez très peu de propos polémiques.

 

"

Punk. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus