Stéphane Le Foll invite Manuel Valls à démissionner s'il veut être candidat

Publié à 08h24, le 28 novembre 2016 , Modifié à 09h00, le 28 novembre 2016

Stéphane Le Foll invite Manuel Valls à démissionner s'il veut être candidat
Stéphane Le Foll

#VALLSDÉMISSION - Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement et très proche du chef de l'État, est catégorique : non, François Hollande et Manuel Valls ne seront pas candidats l'un contre l'autre dans le cadre de la primaire organisée par le PS fin janvier. En tout cas pas en tant que Président et Premier ministre... Car si ce dernier veut tenter sa chance comme il s'en cache de moins en moins, il doit au préalable quitter Matignon, selon le ministre de l'Agriculture.

Sur Europe 1 lundi 28 novembre, au lendemain de la tentative de coup de force du Premier ministre et après que Claude Bartolone a dit son souhait d'une double candidature Valls-Hollande, il affirme :

Il n'y aura pas de primaire entre le président de la République et le Premier ministre. Les choses doivent être dites et de manière claire. Ça n'existe pas, ça ne peut pas s'imaginer. Sauf dans des esprits qui ont un peu tendance à confondre leur ressentiment personnel avec l'intérêt général.

Et d'ajouter que tout est une question de fonction, invitant (comme Emmanuel Macron) le chef du gouvernement à démissionner pour satisfaire ses ambitions élyséennes :

Un acte de candidature du Premier ministre, il en a tout à fait la possibilité. Mais à ce moment-là, il n'est plus Premier ministre, c'est aussi simple que ça. 

Ou comment tenter de sortir de ce qui ressemble fort de la crise institutionnelle actuelle. Un Manuel Valls alors "ancien Premier ministre" pourrait donc se retrouver face à un François Hollande toujours "président de la République", lui. On en est donc au point où un ministre, central dans le dispositif gouvernemental, demande la démission du Premier ministre... Concernant Stéphane Le Foll, ce n'est toutefois pas la première fois qu'il recadre de la sorte un Manuel Valls aux envies présidentielles un peu trop encombrantes. "C'est son droit tout à fait légitime", ajoute encore aujourd'hui "SLF" au sujet de ce Premier ministre qui "se prépare", tout en re-demandant de "respecter" le calendrier fixé par François Hollande (qui doit annoncer sa décision de se présenter - ou non - avant le 15 décembre). 

Dans la soirée de dimanche, les rumeurs d'un remaniement et d'un changement de chef du gouvernement se sont glissées au cœur de la soirée électorale de la primaire de la droite, qui a vu François Fillon se qualifier pour la présidentielle aux dépens d'Alain Juppé. Rumeurs démenties par Matignon et l'Élysée. Ce qui ne règle cependant pas tout et laisse entrevoir de possibles évolutions dans la journée, sachant que François Hollande et Manuel Valls auront un entretien a priori *légèrement* tendu ce lundi matin. 



À LIRE SUR LE LAB :

Najat Vallaud-Belkacem : "Il faut que François Hollande et Manuel Valls se parlent"

Du rab sur le Lab

PlusPlus