"Tel-Aviv sur Seine" : une sénatrice EELV demande des comptes à Bernard Cazeneuve concernant la présence de la LDJ

Publié à 10h36, le 14 août 2015 , Modifié à 15h18, le 24 septembre 2015

"Tel-Aviv sur Seine" : une sénatrice EELV demande des comptes à Bernard Cazeneuve concernant la présence de la LDJ
À "Tel-Aviv sur Seine" (illustration) © KENZO TRIBOUILLARD / AFP

"Tel-Aviv sur Seine", c'est terminé. La polémique, elle, perdure. La faute, ce vendredi 14 août, à la présence de La Ligue de Défense Juive à cet événement organisé par la mairie de Paris. Cette information, démentie par la préfecture de Paris et par la LDJ elle-même, aurait pu en rester là. C'était sans compter sur Esther Benbassa.

Vendredi, la sénatrice EELV du Val-de-Marne a décidé d’interpeller Bernard Cazeneuve sur le sujet.

La question posée par la parlementaire au ministre de l'Intérieur est loin d'être anodine.

En juillet 2014, durant les manifestations pro-Gaza et après de violents débordements, le gouvernement avait étudié la possibilité de dissoudre la LDJ. "Nous menons l’analyse la plus fine possible pour être certains que c’est faisable", avait commenté auprès de Libération "une source policière haut placée".

De fait, la LDJ n'a pas été interdite. Un an plus tard, le mouvement est représenté dans un événement organisé par la mairie de Paris. Ce qui provoque donc *l'étonnement* d'Esther Benbassa. 

En février, la sénatrice avait déjà condamné "l'impunité" dont jouit le groupement : 

Jeudi, la préfecture de Paris a affirmé au Lab que la LDJ n'était "pas présente" à "Tel-Aviv sur Seine". La LDJ elle-même a nié toute participation à l'événement.

Sauf que, comme l'a relevé une journaliste des Inrocks présente sur place, Jean-Claude Nataf, un des fondateurs du mouvement, était bien sur les rives de la Seine. Il naviguait entre les points d'entrée de "Tel-Aviv sur Seine" et regardait qui voulait entrer.

Interrogé par Les Inrocks, il a confirmé aider à sécuriser l'événement :

"

Il y a des services de sécurité extérieurs pour les grands rassemblements, c’est normal. On aide, pour que tout se passe bien.

 

"

Mais ni la préfecture de Paris ni la LDJ n'étaient, officiellement, au courant. Et Bernard Cazeneuve non plus, certainement. 







[Edit 24 septembre]

Esther Benbassa réitère sa demande de manière beaucoup plus officielle, par le biais d'une question écrite adressée à Bernard Cazeneuve et publiée au Journal Officiel le 17 septembre. La sénatrice écolo écrit notamment : "La ligue de défense juive est une organisation qu'il faut réprouver et dissoudre le plus rapidement possible." Et interpelle donc le ministre de l'Intérieur :

 

"

Dès lors, elle lui demande quelles mesures il entend mettre en œuvre pour que toute la transparence puisse être faite sur la participation de la ligue de défense juive aux services de sécurité de l'événement 'Tel-Aviv sur Seine'. Elle souhaite également connaître les raisons qui ont conduit à autoriser cette participation. Enfin, elle voudrait qu'il lui indique quand des solutions concrètes et effectives pourront enfin être apportées afin que soit dissoute la ligue de défense juive et qu'un terme soit mis aux activités de cette organisation violente qui déstabilise la paix et le vivre-ensemble, des valeurs fondamentales qu'il convient de préserver pour assurer notre unité.

"

À LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

Les PS Alexis Bachelay et Jérôme Guedj s'invectivent à propos de "Tel-Aviv sur Seine"

Tel-Aviv sur Seine : Anne Hidalgo ne veut pas "punir la population israélienne" ni la population française

> L'adjoint à la mairie de Paris Bruno Julliard tente d'éteindre la polémique "Tel-Aviv Sur Seine" : "pas d'amalgame"

"Tel-Aviv sur Seine" : Ciotti est "scandalisé" par cette polémique "lancée par l'extrême gauche" et aux "relents antisémites"

Du rab sur le Lab

PlusPlus