Thévenoud estime que du quinquennat Hollande, "à part le mariage pour tous, tout est flou"

Publié à 16h57, le 23 mars 2016 , Modifié à 16h57, le 23 mars 2016

Thévenoud estime que du quinquennat Hollande, "à part le mariage pour tous, tout est flou"
Thomas Thévenoud © PATRICK KOVARIK / AFP

"Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup." C’est par cet adage que Martine Aubry attaquait François Hollande pendant la primaire socialiste de 2011. Une formule reprise à son compte par Thomas Thévenoud.

Interviewé par L’Express du 23 mars, le député désormais non-inscrit est interrogé sur la trace que laissera François Hollande dans l’Histoire. Et la réponse de cet exclu du gouvernement (puis du PS) pour cause de "phobie administrative" est cinglante et sévère pour le chef de l’Etat. "Chaque fois que je visite une commune, je pose la question aux élus : qu’est-ce qui restera ?" commence Thomas Thévenoud avant de livrer la réponse, "cruelle" :

 

"

A part le mariage pour tous, tout est flou. C’est cruel.

"

Plus cruel encore, le député de Saône-et-Loire compare ensuite ce qui restera du passage de François Hollande à l’Elysée avec l’héritage laissé par François Mitterrand, tout en soulignant que les deux seuls présidents socialistes de la 5e République ont tous deux changé de ligne politique en cours de route :

"

François Mitterrand aussi a changé de ligne politique au cours du premier septennat, il reste pourtant beaucoup de lois dont on se souvient : la décentralisation, l’abolition de la peine de mort, l’allongement des congés payés, la réforme de l’audiovisuel…

"

En revanche, pour défendre François Hollande, Thomas Thévenoud ne cite ni le CICE, ni la loi El Khomri sur la réforme du Code du travail, ni la révision constitutionnelle actuellement débattue avec l’inscription de l’état d’urgence dans le texte fondamental et, peut-être, la déchéance de nationalité. Le parlementaire ne trouve que "la retraite à 60 ans pour ceux qui ont commencé à travailler tôt". C’est maigre. Et, de surcroît, comme il le dit lui-même, "c’est oublié". Ballot.

Du rab sur le Lab

PlusPlus