Tous ces couacs de la première liste des candidats investis par LREM pour les législatives

Publié à 18h31, le 11 mai 2017 , Modifié à 20h48, le 11 mai 2017

Tous ces couacs de la première liste des candidats investis par LREM pour les législatives
© Giphy.com
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

428 noms et déjà plusieurs couacs. Le secrétaire général du parti d'Emmanuel Macron, Richard Ferrand, a annoncé ce jeudi 11 mai l'investiture de 428 candidats de la République en marche pour les élections législatives des 11 et 18 juin prochains. Sauf que, parmi tous ces candidats, plusieurs ont déjà décliné l’investiture. Interrogé sur ces couacs, Christophe Castaner, proche d'EMmanuel Macron, a expliqué que le mauvais communiqué de presse avait été envoyé aux journalistes et qu'il y avait "en fait une dizaine d'erreurs".

Passage en revue des premiers couacs de la première liste diffusée : 

  • Mourad Boudjellal dément être investi dans le Var

Le président du Rugby Club Toulonnais Mourad Boudjellal a été investi dans la première circonscription du Var. Sauf qu'une heure à peine après cette annonce, il a démenti cette information dans les colonnes de Var Matin

En tant que "président de club sportif", Mourad Boudjellal ne peut être candidat : 

Je suis sensible à la proposition du Président, mais ce n'est pas mon ambition. En ma qualité de président de club sportif, je ne peux pas être candidat aux législatives. 

"Il avait été question que Mourad Boudjellal soit investi à un moment", précisent les équipes d'En Marche à franceinfo :

  • Thierry Robert investi mais... déjà condamné 

Thierry Robert, député MoDem sortant de la Réunion, a, lui aussi, été investi. Mais comme l'a repéré L'Express, il a été condamné en 2016 pour diffamation. Or, En Marche ! a rappelé ce jeudi 11 mai que tous les candidats du parti d'Emmanuel Macron devaient obligatoirement avoir un casier vide. 

En effet, le député-maire de Saint-Leu a été condamné en appel en juin 2016 selon le site d'information réunionnais Zinfos974. Il accusait son rival politique, du parti Les Républicains, de clientélisme. Cette condamnation qui figure bien sur son casier judiciaire, comme le confirme à L'Express son ancien avocat, Philippe Creissen :

Il a été condamné l'an dernier. Il attend désormais de voir si son pouvoir en cassation est admis. 

Là aussi, les équipes d'En Marche ! plaident l'erreur. Son nom a finalement été retiré de la seconde liste publiée. 

  • Stéphane Saint-André refuse l'investiture 

Le député PRG sortant du Pas-de-Calais Stéphane Saint-André, figure, lui aussi sur la liste de La République en Marche pour les élections législatives. Sauf que ce dernier a carrément refusé cette investiture, "inquiet" de voir Edouard Philippe nommé Premier ministre : 

Je refuse cette investiture car je n’ai pas pour l’instant une parfaite information des engagements que je devrai prendre et je suis inquiet d’une éventuelle nomination au poste de Premier ministre d’Edouard Philippe qui est un opposant farouche au canal Seine Nord. Cette nomination serait pour moi, président de Voies Navigables de France, une nomination VNF incompatible.

Cependant, il accepte de s’inscrire, s'il est réélu, dans la future majorité présidentielle "lorsque les textes proposés iront dans l’intérêt de mes concitoyens et lorsqu’ils seront conformes à mes convictions".

  • François Pupponi veut l'investiture... du Parti socialiste

François Pupponi, député PS de Sarcelles, figure parmi les candidats de la La République en Marche. Or... il est déjà investi par le Parti socialiste selon les informations de franceinfo : 

Il précise qu'il n'a jamais adhéré à En Marche ! ni demandé une quelconque investiture du parti d'Emmanuel Macron. 

  • Bayrou et le Modem pas contents

François Bayrou et le Modem avaient conclu un accord électoral avec En Marche. Mais, visiblement, la première liste des investitures présentée par le parti d'Emmanuel Macron ne leur a pas plu. Ainsi le maire de Pau a-t-il fait savoir à l'AFP que la liste de candidats publiée par En Marche! n'a pas "l'assentiment" du MoDem. François Bayrou en appelle à Macron pour "permettre des investitures communes". "Je comprends François Bayrou, il veut protéger ses troupes", a ensuite réagi Christophe Castaner sur LCI.

  • Augustin Augier dément son investiture

Investi par LREM ce jeudi dnas la 9e circonscription des Français établis hors de France, Augustin Augier dément être candidat dans cette "circo", "contrairement à la liste publiée par En Marche".

Il est remplacé, dans la nouvelle version de la liste des investitures, par la sénatrice de Paris Leïla Aichi.

 

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus