Tranquillement, Eric Woerth demande au Canard enchaîné de dévoiler sa source dans l'affaire Fillon

Publié à 12h24, le 31 janvier 2017 , Modifié à 12h38, le 31 janvier 2017

Tranquillement, Eric Woerth demande au Canard enchaîné de dévoiler sa source dans l'affaire Fillon
Eric Woerth © MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

L’affaire Fillon continue d’agiter la droite. L’ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle de la droite est soupçonné par le Canard enchaîné d’avoir fourni à sa femme Penelope Fillon un emploi fictif d’assistante parlementaire. Le soupçon pèse aussi sur le travail de l’épouse de François Fillon à la Revue des deux mondes.

Depuis les révélations de l’hebdomadaire satirique, mercredi 25 janvier, les ténors de la droite se bousculent pour voler au secours de François Fillon. Ils ne le font pas forcément avec brio. Ce lundi 31 janvier, l’avocat de François Fillon estimait que le travail d’assistant parlementaire n’est pas forcément "tangible". Sur RFI, le député LR et conseiller politique du candidat, Eric Woerth, a quant à lui tout simplement demandé au Canard enchaîné de dévoiler sa ou ses sources. Voilà ce qu’a déclaré l’ancien ministre : 

"

- Journaliste : Qui a lancé cette boule puante ?



- Eric Woerth : Je n’en sais strictement rien (…).



- Journaliste : Ça ne peut pas venir de l’intérieur du parti ?



- Eric Woerth : Non, bien sûr que non. Quelle idée aurait quelqu’un des partis de la droite et du centre de vouloir affaiblir voire tuer son propre candidat ? On ne va pas jouer à ce jeu-là, on n’est pas là pour essayer de savoir de qui ça vient. Je pense que ça se saura à un moment donné. Je pense aussi que la presse de temps en temps doit pouvoir accepter d’ouvrir ses propres sources pour dire du début jusqu‘à la fin comment les choses se sont passées.



- Journaliste : Ça vous intéresserait que le Canard enchaîné nous dise dans la livraison de demain 'écoutez, l’info nous est arrivée de telle personne' ?



Eric Woerth : Evidemment, c’est à lui de le faire. Personne ne peut le forcer, on est dans une démocratie et les sources journalistiques doivent être protégées. Je suis pour une presse parfaitement libre. Je dis qu’à un moment donné, au fond, pourquoi protéger sa propre source ? Jouons cartes sur table sur cette affaire. On est à trois mois de l’élection présidentielle. Ce n’est pas une histoire comme les autres alors jouons cartes sur table et tout le monde doit jouer cartes sur table.

"

En quelques secondes, Eric Woerth arrive donc à dire que "les sources journalistes doivent être protégées" tout en se demandant "pourquoi protéger sa propre source" et en appelant donc l’hebdomadaire satirique à dévoiler le nom de son ou ses informateurs. Jolie performance. Le Lab rappelle que la Cour européenne des Droits de l’homme a consacré le principe du secret des sources des journalistes comme "la pierre angulaire de la liberté de la presse".

Le 6 octobre dernier, le Parlement français avait adopté une proposition de loi sur l’indépendance et le pluralisme des médias. Le texte visait notamment à une meilleure protection des sources des journalistes. Il modifiait la loi de 1881 sur la presse et la loi Dati de juillet 2010 et étendait aussi la protection du secret des sources à tous les collaborateurs de la rédaction. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus