"Triste" pour Duflot, Placé voit dans la primaire EELV "un suicide collectif"

Publié à 08h56, le 20 octobre 2016 , Modifié à 08h56, le 20 octobre 2016

"Triste" pour Duflot, Placé voit dans la primaire EELV "un suicide collectif"
Jean-Vincent Placé, consterné devant les résultats du premier tour de la primaire EELV. © JOEL SAGET / AFP

Depuis son départ *fracassant* d’EELV en août 2015, Jean-Vincent Placé n’a pas de mots assez durs pour évoquer son ancien parti, dont il fustige la ligne "gauchiste", (ultra)fidèle hollandais qu’il est.

Alors forcément, quand de surcroît EELV élimine du second tour la seule candidate "connue" et dont il a été/est proche - aka Cécile Duflot - le secrétaire d’État à la Simplification boude. Et il le fait savoir. Cela se passe sur le plateau de France 2 jeudi 20 octobre, et Jean-Vincent Placé évoque deux sources de mécontentement : 1/ La députée de Paris est victime de "l’ingratitude" de ses camarades écolos ; 2/ Les deux qualifiés pour le second tour, Yannick Jadot et Michèle Rivasi, sont des inconnus. Il dit :

 

C’est triste, individuellement pour [Cécile Duflot]. D’autre part, je pense qu’elle paie surtout l’ingratitude, [...], le côté coupeur de têtes des Verts. C’est une forme de suicide collectif, un peu temple solaire, c’est-à-dire qu’on continue dans la secte et puis on essaie de qualifier deux personnes que personne ne connaît, bon. Au-delà des mérites - peut-être - qu’ils ont… mais enfin, il y a quand même un moment où la notoriété, la crédibilité, ça joue. Franchement, je le dis, avec les divergences de fond et d’appréciation de la politique de gouvernement que je viens d’indiquer, ben Cécile Duflot c’est la meilleure, de loin. D’autre part, c’est surtout depuis dix ans quelqu’un qui les avait sortis de l’ornière, du trou dans lequel ils étaient. C’est plutôt triste pour la qualité du débat.

Pour autant, et si Cécile Duflot s’est dit elle-même "déçue" du résultat, Jean-Vincent Placé essaie de remonter le moral et lui adresse un message d’espoir de bon matin en citant… François Mitterrand :

 

Je lui rappellerais que François Mitterrand a eu beaucoup de difficultés dans la vie puisqu’elle est attachée à la République écologiste et à une présidence écologiste, elle est jeune, elle a tout l’avenir devant elle.

Jean-Vincent Placé, tout remonté qu’il est contre les résultats de mercredi soir, poursuit son discours contre Yannick Jadot et Michèle Rivasi, qui sont inconnus. L’ancien sénateur de l’Essonne se permet même de livrer un petit pronostic sur l’issue du second tour. Selon lui, c’est la députée européenne qui va l’emporter car, dans une logique de "repli sur soi", le "plus connu" va être éliminé (comme ça a été le cas au premier tour, donc). Il explique :

 

Certes, [Yannick Jadot], personne le connaît vraiment, mais il est un peu plus connu que madame Rivasi. Donc j’ai l’impression qu’ils vont éliminer encore celui qui est le plus connu. [La logique], il n’y en a pas. C’est une erreur que j’ai pu connaître dans le passé : la dernière fois [lors de la primaire de 2011, ndlr], Nicolas Hulot s’est imposé, et puis ça a été Eva Joly. C’est malheureusement un système de repli sur soi. [...] Il me semble que pour la qualité de la discussion démocratique devant les Françaises et les Français, c’est mieux d’avoir des gens qui sont reconnus et qui ont une crédibilité.

Rendez-vous donc le 7 novembre pour vérifier ce pronostic signé Jean-Vincent Placé. En attendant, Cécile Duflot est priée de penser à François Mitterrand.

 



 

À LIRE SUR LE LAB :

 

Primaire EELV : Cécile Duflot éliminée du premier tour, Yannick Jadot et Michèle Rivasi qualifiés

Du rab sur le Lab

PlusPlus