Trois jours après avoir démissionné de l’Assemblée nationale, Christian Estrosi a créé sa société de conseil

Publié à 15h51, le 24 avril 2016 , Modifié à 16h01, le 24 avril 2016

Trois jours après avoir démissionné de l’Assemblée nationale, Christian Estrosi a créé sa société de conseil
Christian Estrosi © VALERY HACHE / AFP

Christian Estrosi avait attendu plus longtemps que ses collègues Xavier Bertrand et Valérie Pécresse avant de démissionner de son mandat de député, une promesse faite pendant la campagne des régionales. Et puis, le 29 mars, il a quitté l’Assemblée nationale en grande pompe, après une question au gouvernement pour dire adieu à ses collègues parlementaires et un pot de départ réunissant 50 de ses collègues (lors duquel Nicolas Sarkozy a défendu le cumul des mandats).

N’exerçant plus que les mandats de président de la région PACA, maire de Nice, président de la métropole Nice-Côte d’Azur, ainsi que les fonctions de président du syndicat des transports des Alpes-Maritimes et vice-président de l’association des maires de France, Christian Estrosi avait sans doute peur de s’ennuyer.

Alors, l’ex-député a créé sa société de "conseil pour les affaires et autres conseils de gestion", trois jours après avoir quitté l’Assemblée, comme le révèle Mediapart le 22 avril. Dénommée "Monsieur Christian Estrosi", la société "a dans un premier temps été domiciliée à une adresse personnelle, à Nice, avant d’être fermée, puis rouverte au cabinet d’experts-comptables 'Pradal et associés', géré par Philippe Pradal… le premier adjoint du maire LR (ex-UMP) de Nice", comme l’explique le site d’information.



A LIRE SUR LE LAB :

Christian Estrosi va remettre sa démission de son mandat de député à Claude Bartolone

Nicolas Sarkozy ne comprend pas que l’on puisse défendre le non-cumul des mandats

Tranquilou, Christian Estrosi profite d'une question au gouvernement pour dire adieu à ses collègues députés

Du rab sur le Lab

PlusPlus