Le jour où Jean-François Copé a quitté la tête de l'UMP

Publié à 07h36, le 27 mai 2014 , Modifié à 21h14, le 27 mai 2014

Le jour où Jean-François Copé a quitté la tête de l'UMP
© Maxppp.

Au lendemain de la victoire du FN lors des élections européennes du 25 mai, l’affaire Bygmalion a resurgi à l’UMP. Directeur de cabinet de Jean-François Copé, Jérôme Lavrilleux a reconnu des "dérapages" financiers lors de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, assurant que ni Jean-François Copé ni Nicolas Sarkozy n’étaient au courant. Mis en cause par l’avocat de Bygmalion, l’ex trésorier de la campagne présidentielle, Philippe Briand a réfuté ces accusations.

Ce mardi 27 mai, un bureau politique de l’UMP a réuni tous les ténors du parti.

Cet article a été actualisé tout au long de la journée. Il présente désormais le film de la journée qui a vu Jean-François Copé démissionner de la présidence de l'UMP

[20h05] "DANS LES YEUX", COPÉ ASSURE QUE SON INTÉGRITÉ EST TOTALE



Jean-François Copé était l'invité du JT de TF1, mardi soir. Celui qui, le 15 juin, ne sera plus à la tête du parti de la rue de Vaugirard, a ainsi justifié sa décision, prise selon lui de son propre chef: 

Je ne voulais pas voir revenir le spectre de la division que l’on retrouvait dans l’œil gourmand de certains qui se sont exprimés. [...] Je veux leur dire [aux Français] dans les yeux que mon honnêteté, mon intégrité est totale

[14h50] LE "JE N'AI RIEN A DECLARER" DE JEAN-FRANÇOIS COPÉ

Jean-François Copé était invisible toute la journée. Mais une caméra de LCI a pu enregistrer une image du président démissionnaire, après sa confrontation avec le bureau politique. Et devinez quoi: il est très, très souriant :

[12h35] PAS DE SCISSION AU GROUPE UMP

Une éventuelle scission du groupe UMP à l'Assemblée nationale, comme aux pires heures de la crise à l'UMP de novembre 2012 ? Ce n'est "pas l'état d'esprit", assure Christian Jacob, président du groupe, à l'occasion du point de presse du groupe, mardi à la mi-journée.

[12h10] ET PENDANT CE TEMPS LA, NICOLAS SARKOZY ...

Furieux de voir son nom cité dans l'affaire, ainsi que l'a raconté Brice Hortefeux, en début de matinée, Nicolas Sarkozy n'a pas, pour autant modifié son programme. 

Direction, ce mardi, Madrid, pour une rencontre avec le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, qui diffuse un cliché de la rencontre sur son compte twitter :

[12h] TROLLING, LA SUITE 

Visiblement, tous les députés socialistes n'ont pas encore reçu les consignes de discrétion passées par leur président de groupe, Bruno Le Roux, ce mardi 27 mai.

Ainsi, Anne-Yvonne Le Dain, compare-t-elle, dans un message posté sur Twitter, Nicolas Sarkozy à un "mazarin" :

[11h20] UN JITE POUR COPE

Selon Philippe Morand, de TF1, Jean-François Copé sera l'invité du 20h de la première chaîne, ce 27 mai.

[11h13] TRIUMVIRAT

"Trois anciens premiers ministres" UMP, à savoir Jean-Pierre Raffarin, François Fillon et Alain Juppé "assureront la direction collégiale" du mouvement, annonce Gérard Larcher à l'AFP après que l'annonce a été faite d'une démission collective - comme demandée par Valérie Pécresse - de la direction du parti.

[11h11] PAS DE DIFFICULTE

Selon Jean-Pierre Raffarin, interrogé par le Lab, Jean-François Copé n'a fait aucune difficulté et ne s'est pas accroché à son poste de président de l'UMP.

[11h04] COPE CRAQUE

Sous la pression de ceux qui lui demandent de démissionner bien avant le congrès anticipé de l'automne, Jean-François Copé a fini par craquer. Ainsi a-t-il annoncé sa démission à compter du 15 juin, selon plusieurs journalistes qui suivent ce bureau politique statutaire.

[11h] COPE DÉMISSION

La solution d'un congrès anticipé à l'automne ne convainc pas. Si Lionel Tardy, à la sortie de l'Assemblée, a déclaré que Jean-François Copé ne pouvait rester président dans la "période judiciaire à venir", François Fillon et François Baroin, notamment, réclament le retrait "immédiat" de Jean-François Copé.

[10h50] JUPPE S'EN MÊLE

Alain Juppé a, selon plusieurs journalistes (iciet ), demandé la démission de Jean-François Copé.

[10h40] UN CONGRES EN OCTOBRE

Selon l'AFP, qui source d'un "dirigeant UMP", Jean-François Copé accepte le principe d'un congrès anticipé en octobre 2014. Un congrès lors duquel le maire de Meaux a annoncé qu'il ne se représenterait pas.

[10h30] COPE RÉUNIT SES TROUPES

Selon le journaliste de l'Opinion Ludovic Vigogne, Jean-François Copé va réunir ses troupes ce 27 mai à 17h30.

[9h50] L'INTERVENTION DE FILLON

François Fillon a transmis à la presse le script, in extenso, de sa déclaration au bureau national. La voici :

Point amusant : le texte est daté ... du 25 mai, c'est-à-dire de dimanche. Est-ce à dire que le texte était prêt depuis plusieurs jours ? L'entourage de François Fillon balaye au Lab, et assure qu'il ne s'agit que d'une erreur de copié-collé.

[9h30] POINT TROLLING

Députée PS, Colette Capdevielle s'amuse de l'absence de nombreux élus UMP en commission à l'Assemblée, la plupart des élus UMP étant au bureau politique du parti.

[9h20] ACTE MANQUE

Valérie Pécresse était-elle si motivée à l'idée d'assister à ce bureau national de l'UMP ? Toujours est-il que son badge lui a joué un petit tour à son arrivée à l'Assemblée nationale. Une scène captée par LCP.

[9h15] FILLON PASSE A L'ACTION

François Fillon a demandé à Jean-François Copé de "se mettre en réserve" du parti, faute de quoi il se retirerait de la direction de l'UMP "pendant la durée de l'enquête" judiciaire autour de l'affaire Bygmalion, faute de quoi il se retirerait de la direction de l'UMP, ce mardi devant le bureau politique de l'UMP réuni à l'Assemblée.

[8h20] PAS CONTENT

Nicolas Sarkozy est "très mécontent" que son nom apparaisse dans l'affaire Bygmalion, selon Brice Hortefeux. Dans Le Parisien, un proche de l'ex-président vise aussi Jean-François Copé:

C'est un missile de Copé qui ne veut pas couler tout seul.

[8h] Plainte contre X

Selon i>Télé, Jean-François Copé a porté plainte contre X  dans le cadre de l'affaire Bygmalion, en tant que président de l'UMP.

[7h45] "Lavrilleux, c'est Copé"

"Il doit quitter ses fonctions de président de l'UMP." Eric Ciotti demande le départ de Jean-François Copé pour avoir "un président de l'UMP enfin légitime". Invité d'I>Télé, Eric Ciotti, qui a soutenu François Fillon contre Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP, veut "redonner la parole aux militants" et l'assure : "Tout le monde sait que Jérôme Lavrilleux, c'est Jean-François Copé et que Jean-François Copé, c'est Jérôme Lavrilleux". 

Article en construction

Du rab sur le Lab

PlusPlus