Un candidat LR aux législatives a été l’attaché parlementaire de son père… en vivant en Australie

Publié à 21h58, le 29 mai 2017 , Modifié à 21h58, le 29 mai 2017

Un candidat LR aux législatives a été l’attaché parlementaire de son père… en vivant en Australie
Alexis Mancel, candidat LR aux élections législatives dans la 2e circonscription de l'Oise. © Capture d'écran Twitter
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

Comment fait-on pour concilier la vie d’attaché parlementaire d’un député de l’Oise et celle d’étudiant en Australie ? Il faudrait peut-être poser la question à Alexis Mancel, actuel candidat LR aux élections législatives, et dont la concomitance des activités a été dévoilée lundi 29 mai par Le Parisien.

Si le fait d’embaucher comme collaborateur parlementaire un membre de sa famille n’est pas interdit, cette pratique a été énormément contestée notamment lors de la présidentielle et du "Penelope Gate". Mais Alexis Mancel, lui, ne s’en cache pas une seule seconde. Le jeune conseiller régional des Hauts-de-France a donc occupé cette fonction tout en poursuivant ses études à l’autre bout de la planète, entre mars 2008 à décembre 2010. Il affiche ce parcours professionnel sur son profil Viadeo.

Profil-viadeo-Alexis-Mancel

Mais Alexis Mancel se défend de tout enrichissement personnel. Il a occupé cette fonction bénévolement :

Je n’ai pas touché un centime pendant les quatre ans où j’ai aidé le député. Je n’ai jamais eu de badge ou d’accréditation de l’assemblée nationale. Je n’en voulais pas.

 

Au moment où le nouveau ministre de la Justice, François Bayrou, a promis un projet de loi sur la moralisation de la vie publique avant le premier tour des législatives, la découverte du Parisien tombe mal. Là aussi, Alexis Mancel a quelques arguments à défendre :

Je comprends que ça puisse choquer mais je ne fais pas de politique pour l’argent. J’aurais pu travailler dans un cabinet ou au conseil départemental quand mon père était président mais j’ai toujours dit non. Ça ne m’intéresse pas de rentrer dans le système pour être rémunéré. Je n’emploierai jamais mes proches, c’est la meilleure façon d’éviter les conflits d’intérêts.

Et qu’en pense son père, celui qui lui cède sa circonscription dans l’Oise pour les législatives ? Le député LR Jean-François Mancel assure que son fils "n’a pas touché un cent de l’Assemblée nationale" :

Alexis n’a jamais voulu être rémunéré. Il aurait pu être recruté officiellement comme sa sœur mais il a dit non. Il n’a pas touché un cent de l’Assemblée nationale […] J’ai toujours trouvé normal d’employer mes proches, pas lui. Il est hostile au renouvellement au-delà de trois mandats, j’en suis le contre-exemple parfait. Sa réflexion n’est pas celle de son père.

Et Jean-François Mancel va même plus loin pour prouver que son fils n’a pas été payé. Il assure avoir sollicité le service qui gère la rémunération des collaborateurs des députés pour demander "une attestation de non-versement d’argent". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus