Une journaliste accuse Jean Lassalle de tentative d'agression sexuelle

Publié à 17h26, le 20 octobre 2017 , Modifié à 12h17, le 26 décembre 2017

Une journaliste accuse Jean Lassalle de tentative d'agression sexuelle
Jean Lassalle, député. © bertrand GUAY / AFP

#BALANCETONPORC - Le monde politique n'échappe pas à la libération de la parole des femmes face au harcèlement sexuel. Après l'affaire Harvey Weinstein, producteur hollywoodien accusé d'agression sexuelle par de nombreuses personnes, Mediapart relaie plusieurs témoignages  qui accusent le député Jean Lassalle de violences sexuelles, dans un article publié ce vendredi 20 octobre.

L'accusation la plus grave émane d'une journaliste qui, à l'époque, travaille au Japon : Mié Kohiyama. Jean Lassalle est en déplacement pour rencontrer les patrons de Toyo Aluminium, qui souhaitaient déplacer leur usine Toyal de la circonscription du député. Elle relate la rencontre à Mediapart :

"

Nous nous retrouvons dans son hôtel à Osaka, un soir tard, pour préparer la rencontre du lendemain. Il s’agissait d’une rencontre professionnelle. Mais quand je suis repartie pour rejoindre mon hôtel, il m’a raccompagnée et, dans l’ascenseur, sans aucune verbalisation préalable, il a essayé de m’embrasser. J’ai eu un mouvement de recul, il n’a pas insisté. Mais j’étais complètement sidérée. [...] Je me suis sentie attaquée ; il fait deux mètres et il m’a fondu dessus… Maintenant je le sais, c’était une tentative d’agression sexuelle.

"

Mié Kohiyama n'est pas seule à accuser Jean Lassalle. Deux anciennes députées socialistes, Karine Berger et Colette Capdevielle témoignent également de l'attitude du député envers les femmes. Colette Capdevielle, élue, comme Jean Lassalle, dans les Pyrénées-Atlantiques, retrace une autre anecdote :

"

Je suis descendue au -1, j’étais en peignoir et je cherchais une douche libre. J’ouvre une porte et je tombe sur Jean Lassalle en slip. Il n’avait pas fermé la porte, et me lance : 'Viens prendre la douche avec moi !' Je suis partie aussitôt.

"

Julia Castanier, directrice de la communication du PCF, a, elle aussi, *balancé* Jean Lassalle sur Twitter. Dimanche 15 octobre, elle tweete :

"

J'avais 25 ans et j'étais attachée parlementaire. En allant vers l'hémicycle, Jean Lassalle m'a mis une main aux fesses. #balancetonporc

"

Mediapart ajoute que "Jean Lassalle, lui, jure n’avoir aucun souvenir de cet épisode". Le député jure également de ne "pas attaquer" Julia Castanier en justice. Elle non plus, d'ailleurs. Les faits sont prescrits.

D'autres personnes témoignent dans cette enquête de Mediapart, la plupart sous couvert d'anonymat. Mais personne ne semble s'étonner de ces accusations, comme cette ancienne attachée parlementaire qui a côtoyé Jean Lassalle et qui lance : "Quand j’ai découvert le témoignage sur Twitter, cela ne m’a pas surprise".

En avril 2017, alors que Jean Lassalle est candidat à l'élection présidentielle, une séquence avait alors marqué les esprits. Dans une vidéo de l'émission Quotidien, on voit le député faire un selfie avec trois jeunes personnes. L'une d'elles demande alors : "Attendez, on ne voit pas trop mon décolleté ?"Réponse de Jean Lassalle, après plusieurs secondes de lorgnade intensive :

"

Tu vas me mettre en forme avant le discours, toi.

"

 

LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR
Accusation d'agression sexuelle contre Pierre Joxe : "J'ai raconté l'entière vérité", assure Ariane Fornia

LIRE AUSSI SUR LE LAB
> "Flirt", "pédophilie" : la réponse très alambiquée de Gérard Collomb sur le harcèlement sexuel

Du rab sur le Lab

PlusPlus