Urvoas taxe Fillon et Le Pen "d’absolue mauvaise foi" dans leurs critiques contre la justice

Publié à 09h20, le 26 février 2017 , Modifié à 09h20, le 26 février 2017

Urvoas taxe Fillon et Le Pen "d’absolue mauvaise foi" dans leurs critiques contre la justice
Jean-Jacques Urvoas © THOMAS SAMSON / AFP

La justice doit-elle faire une pause dans ses enquêtes concernant les politiques pendant la campagne présidentielle ? Les premiers concernés d'aujourd'hui, François Fillon et Marine Le Pen, plaident pour. Le ministre de la Justice, lui, y est défavorable. Interviewé ce dimanche 26 février par le JDD, Jean-Jacques Urvoas a expliqué que "rien ne justifierait une trêve judiciaire".

Relancé sur les critiques émises par les deux candidats empêtrés dans des affaires sur l’indépendance très relative selon eux du parquet, Jean-Jacques Urvoas les a accusés de "mauvaise foi". "Ces critiques traduisent soit une totale méconnaissance du fonctionnement de l’institution judiciaire, soit une absolue mauvaise foi", commence le garde des Sceaux. Qui poursuit :

"

Par exemple, je suis interloqué par la confusion que certains entretiennent sur l’indépendance du parquet. Ce sont pourtant des élus informés et avertis, ils n’agissent donc qu’avec mauvaise foi.

"

En plus de mauvaise foi, Jean-Jacques Urvoas réplique à Marine Le Pen qui a refusé cette semaine de se rendre à une convocation de la police dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants frontistes au Parlement européen, estimant que la période électorale ne permet "ni la neutralité ni la sérénité nécessaires au fonctionnement correct de la justice". Pour le ministre, la candidate du FN à l’Elysée "tourne le dos au droit". "Il n'y a pas une justice pour les anonymes et une justice pour les gens célèbres!", continue Jean-Jacques Urvoas, faisant mine de s'interroger :

 

"

Imaginons que pendant la campagne présidentielle, on ne puisse pas enquêter. Mais après la présidentielle, il y a les législatives. Et après, en septembre, les sénatoriales! À quel moment la justice pourrait-elle alors fonctionner normalement ?

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus