Régionales : Valérie Pécresse veut "draguer l'électorat conservateur" pour contrer Nicolas Dupont-Aignan

Publié à 15h44, le 29 octobre 2015 , Modifié à 17h33, le 29 octobre 2015

Régionales : Valérie Pécresse veut "draguer l'électorat conservateur" pour contrer Nicolas Dupont-Aignan
Valérie Pécresse © AFP

A quelques semaines du premier tour des régionales, la stratégie de Valérie Pécresse en Île-de-France se fait un peu plus claire.

Un affrontement direct avec Claude Bartolone n'est pas aujourd'hui le principal souci de l'ancienne ministre du Budget. Et ça, c'est étonnant.

Réunie ce jeudi 28 octobre, la Commission nationale d'investiture de LR a validé la composition des listes de Les Républicains. C'est là, en pleine commission, que la tête de liste LR a exposé sa tactique pour gagner l'Île-de-France.

Et cette stratégie semble simple : siphonner les voix de la droite de la droite, voire de l'extrême droite.

Voici ce qu'a déclaré Valérie Pécresse, selon des propos rapportés au Lab :

"

Le vrai risque pour moi, c'est le Front national, et plus encore Nicolas Dupont-Aignan, qui peut dépasser les 10%. Il faut donc draguer l'électorat conservateur. En tous cas, c'est mon choix.  

 

"

"Oui, il y a un risque Front national en Île-de-France, confirme au Lab un membre de l'équipe de campagne de Valérie Pécresse. Elle l'a dit, expliquant que FN ne pouvait pas remporter la région mais qu'il pouvait faire faire perdre la droite, et donc gagner la gauche. Mais elle n'a jamais évoqué Nicolas Dupont-Aignan". L'entourage de la tête de liste LR dément également que la candidate ait parlé de "draguer l'électorat conservateur". "Elle a dit qu'elle assumait une alliance de la droite, du Parti chrétien-démocrate au centre", ajoute-t-on. Sont donc inclues dans les listes LR certaines figures classées bien à droite. Un exemple parmi d'autres : la présence sur la liste parisienne du président délégué du Parti chrétien-démocrate Franck Margain, proche de Christine Boutin et membre fervent de la Manif pour tous. 

Invité à la réunion de la CNI, le président du parti chrétien-démocrate Jean-Frédéric Poisson a logiquement validé la stratégie supposée de Valérie Pécresse. Il a déclaré, rapporte-t-on au Lab :

"

L'UDI et le Modem font fuir les électeurs. La campagne se jouera à la droite de la droite.

 

"

Remonté, Christian Estrosi, qui préside la CNI, a expliqué à Jean-Frédéric Poisson qu'il ne pouvait pas "le laisser dire ça". "Le centre, c'est important aussi", a juré la tête de liste LR en PACA. Un constat que ne renie pas Geoffroy Didier. Mais contacté par le Lab, le porte-parole de Valérie Pécresse reconnaît qu'une attention particulière est portée à un certain type d'électorat :

"

Certains ont des tentations, nous on a des solutions. C'est une campagne de droite, certes, mais ce n'est pas un discours de conservatisme. C'est un discours de changement, avec de la fermeté quand il faut.

 

"

Didier admet que cela parlera plus à l'électorat de droite qu'aux sympathisants centristes. Mais pas seulement, veut-il croire. "Une victoire, c'est une alchimie, quand des personnes d'horizons différents sentent qu'il va y avoir un changement et se réunissent", dit-il.

En attendant, les sondages semblent expliquer cette volonté, du côté de Valérie Pécresse, de regarder un peu plus à droite qu'au centre. Dans le détail, les intentions de votes sont, fin octobre, plutôt favorables à Valérie Pécresse. Sa liste est créditée de 35% des intentions de vote au premier tour, contre 23% pour la liste PS-Parti radical, 17% pour la liste FN.

Debout la France, de son côté, recueillerait 8% des votes au premier tour (source BVA).

Et pour se maintenir au second tour, une liste doit recueillir au moins 10% des suffrages au premier tour.  Ce qui semble aujourd'hui - sinon acquis - au moins possible pour Nicolas Dupont-Aignan.

[EDIT 17h32] Ajout déclaration entourage de Valérie Pécresse

 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Claude Bartolone et sa "boussole" Tariq Ramadan : qu'a vraiment dit le candidat en Ile-de-France ?

> Pécresse porte plainte contre Bartolone après des propos tenus sur son blog

> Le PS accuse Pécresse de "graves irrégularités" dans sa campagne

> Les opposants de Bartolone l'accusent de refuser le débat

Du rab sur le Lab

PlusPlus