Vallini, Madrolle, Rousset : des hollandais se mettent au service d’Emmanuel Macron

Publié à 07h38, le 10 juillet 2017 , Modifié à 12h01, le 10 juillet 2017

Vallini, Madrolle, Rousset : des hollandais se mettent au service d’Emmanuel Macron
Emmanuel Macron et François Hollande. © CHARLES PLATIAU / POOL / AFP

Plusieurs proches de François Hollande s’étaient mis "en marche" pour Emmanuel Macron peu après sa déclaration de candidature. C’est notamment le cas de l’avocat Jean-Pierre Mignard, et dans une moindre mesure, de Ségolène Royal, par exemple. D’autres les suivent après-coup.

Ainsi apprend-on ce lundi 10 juillet dans un confidentiel du Figaro que plusieurs "hollandais" historiques, qui avaient souhaité une candidature de l’ancien chef de l’Etat jusqu’au bout avant, pour certains, de soutenir Manuel Valls à la primaire, ont décidé de se lancer au service d’Emmanuel Macron.

André Vallini, secrétaire d’Etat de François Hollande de 2014 à 2017, Christophe Madrolle, secrétaire général de l’UDE de Jean-Vincent Placé et visiteur régulier de François Hollande durant son quinquennat, Dominique Vuillemot, avocat issu de la célèbre promotion Voltaire de l’ENA ou encore Alain Rousset, président PS de la région Nouvelle Aquitaine, "ont créé un groupe de réflexion baptisé Démocratie vivante pour accompagner le chef de l’Etat dans sa volonté de réforme", écrit Le Figaro. Ex-député PS et porte-parole de La République en marche, Arnaud Leroy en sera aussi, avait révélé L'Express, tout comme plusieurs syndicalistes. 

Via un communiqué de presse diffusé par la section 38 du PS, André Vallini a tenu à apporter certaines précisions :

 

"

Il s'agit d'un think tank en cours de constitution et dont les initiateurs m'ont sollicité en raison de mes expériences parlementaires et ministérielles, notamment sur les questions institutionnelles. (...) L'Express parle de "macronistes de gauche" ? "Macroniste", je ne sais pas ce que ça veut dire. De gauche ? Oui assurément ! Alors où est le problème ? Je reste socialiste bien sûr ! Et je vais prendre ma part à la refondation du PS. Mais je peux aussi réfléchir dans d'autres cercles à l'avenir de mon pays.

"

Certains espèrent-ils qu’une telle initiative leur ouvre des postes durant le quinquennat d’Emmanuel Macron ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus