Vidéo. Avec les députés Paul Molac (EELV) et Marc Le Fur (UMP), le breton s’invite à l’Assemblée nationale

Publié à 13h28, le 02 octobre 2013 , Modifié à 13h28, le 02 octobre 2013

Vidéo. Avec les députés Paul Molac (EELV) et Marc Le Fur (UMP), le breton s’invite à l’Assemblée nationale
Paul Molac.

<img style="vertical-align: middle;" src="http://i.imgur.com/mCLYjxz.jpg" alt="" width="100%" height="55" />

INSOLITE - Il est breton, régionaliste… et trilingue : il parle le Breton, le Gallo et le Français. Elu député écologiste de la 4e circonscription du Morbihan en juin 2012, Paul Molac est au taquet quand il s’agit des questions autour de la Bretagne ou des langues régionales – comme quand il dénonce le recul du gouvernement sur ce thème. Mais pas seulement.

Alors, quand il intervient, mardi 1er octobre dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, dans le débat sur la simplification et la sécurisation de la vie des entreprises, le député écolo ne peut s’empêcher une citation en breton.

Sous le regard amusé du député PS du Finistère, Jean-Jacques Urvoas, Paul Molac déclare ainsi :

"

Je pense pour ma part qu’il faut être pragmatique. Comme on dit chez nous, pep tra a zo mat a zo mat da gaout, ce qui signifie que tout ce qui est bon est bon à prendre.

"

Voir la vidéo de son intervention :

Ironie du sort, le président de séance lors de ce débat dans l’hémicycle n’est autre que le député UMP, et vice-président de l’Assemblée, Marc Le Fur. Un élu… breton, député des Côtes-d’Armor qui enchaîne. En breton bien sûr :

"

Marteze tout an dud n’o deus ket komprenet : peut-être que tout le monde n’a pas compris… (Sourires.)

"

Un moment de légèreté dans l’hémicycle, quelques heures après les toujours plus animées questions d’actualité au gouvernement, que Marc Le Fur a aussitôt partagé sur son site Internet.

Durant les longs débats sur l’ouverture du mariage aux couples homosexuels, la Bretagne avait déjà fait une irruption inattendue dans l’Hémicycle. Une séquence immortalisée dans le compte rendu des séances :

"

- Marie-Anne Chapdelaine : Monsieur le président, mon intervention se fonde sur l’article 58, alinéa 1, de notre règlement. Elle concerne ce qui s’est passé avant que nous nous arrêtions pour aller dîner.

J’ai envie de dire à M. Le Fur – et j’associe à mes propos tous mes collègues bretons – que nous sommes choqués d’entendre présenter la Bretagne comme une terre réactionnaire et conservatrice (Rires et exclamations sur les bancs du groupe UMP), moins à même que d’autres régions de comprendre l’évolution de la société, alors même que la Bretagne a toujours su faire preuve de pondération. (…)

- Xavier Breton : Blablabla ! (Protestations sur les bancs du groupe SRC.)

- M. le président : Monsieur Breton, avec un nom comme le vôtre, vous devriez respecter la Bretagne ! (Sourires.)

- Marie-Anne Chapdelaine : Nous, députés socialistes et de gauche de Bretagne, nous honorons ce passé et ces valeurs. Je voudrais vous rappeler quelques faits. La Bretagne a voté massivement pour François Hollande : sur vingt-sept députés de Bretagne, vingt-deux sont de gauche. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

- Patrick Ollier : Monsieur le président, je veux moi aussi la parole pour un rappel au règlement ; je vais parler des Hauts-de-Seine !

"

Et le député UMP de l’Ain, Xavier Breton, d’ajouter plus tard dans la discussion :

"

Je le répète, c’est une usurpation – de la même façon que cet article 4 en est une – que de me faire passer pour breton !

"

Bretagne toujours. M le magazine du Monde révélait, le 20 juillet, l’existence d’un "lobby" breton autour du ministre de la Défense, et ancien président de la région Bretagne, Jean-Yves Le Drian. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus