VIDÉO - Ce moment gênant où le secrétaire d'État aux Sports rit aux éclats alors que François Hollande ne blague pas du tout

Publié à 07h28, le 26 février 2016 , Modifié à 07h44, le 26 février 2016

VIDÉO - Ce moment gênant où le secrétaire d'État aux Sports rit aux éclats alors que François Hollande ne blague pas du tout
François Hollande visite l'exposition de Raymond Depardon © AFP

MOMENT GÊNANT – François Hollande aime distiller les petites blagues avec une cadence impressionnante. Jamais avare de bons mots, le chef de l'État peut blaguer sur tout : les footballeurs, les journalistes ou les cadeaux offerts lors de son passage à Wallis-et-Futuna.

Mais le président sait aussi être sérieux. Très sérieux. Il faut alors faire attention et savoir distinguer dans les mots du président les petites blagues des grandes idées. Thierry Braillard peut en témoigner.

Mardi 23 février, le secrétaire d'État aux Sports a visité, avec François Hollande et le président péruvien Ollanta Humala, une exposition du photographe Raymond Depardon à Lima, au Pérou. Comme l'a repéré Le Petit Journal, le président a lancé blagues sur blagues, faisant rire aux éclats son audience, làà en montrant un panneau "11e pizza gratuite" sur un commerce, là en expliquant à Raymond Depardon qu'on a l'impression que la vache qu'il prise en photo a été rajoutée, etc.

Et puis ce fut le drame.

Devant la photo d'une station essence, François Hollande a évoqué le cas de petits commerces qui disparaissent de plus en plus. "Il y en a encore comme ça en France où il n'y a pas de marque. Pas Total, ni Shell", a expliqué Raymond Depardon. Le président de la République a embrayé :

"

Et c'est ce qu'on essaye de conserver.

 

"

Dans un réflexe pavlovien voulant que l'on s'esclaffe à chaque fois que le président ouvre la bouche, Thierry Braillard a donc explosé de rire. Tout seul.

Un instant capté par Le Petit Journal a voir ci-dessous en vidéo (à partir de 2'20) :



S'en est suivi un joli malaise, visible dans le regard interrogateur que François Hollande a lancé à Thierry Braillard avant de reprendre son explication sur la nécessité de conserver ces petits commerces. Il s'agit donc d'un dossier très sérieux, pas du tout sujet à blagues. Le secrétaire d'État aux Sports l'avait sûrement oublié. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus