VIDÉO - Emmanuel Macron accuse Marine Le Pen d’avoir récusé une journaliste pour le débat de l’entre-deux-tours

Publié à 23h00, le 03 mai 2017 , Modifié à 23h13, le 03 mai 2017

VIDÉO - Emmanuel Macron accuse Marine Le Pen d’avoir récusé une journaliste pour le débat de l’entre-deux-tours
© Capture d'écran France 2
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

Le débat télévisé entre les finalistes de la présidentielle a vite tourné au pugilat mercredi 3 mai. Après une heure de discussions très musclées, Emmanuel Macron rappelle à Marine Le Pen sa sortie sur la rafle du Vel d’Hiv. Le 9 avril dernier, la candidate FN à l'élection présidentielle a ainsi jugé que la France n'était "pas responsable" de la rafle du Vel d'Hiv en 1942 à Paris, au cours de laquelle plus de 13.000 juifs avaient été arrêtés. Le ton monte, une fois encore.

"La France n’était pas coupable de cette épouvantable horreur mais qu’il s’agissait du régime de Vichy", avance la candidate frontiste. "C’est faux", lui rétorque immédiatement Emmanuel Macron rappelant ensuite à sa rivale que Jacques Chirac "a reconnu" la responsabilité de la France. S’ensuit un échange quasi-inaudible avec une attaque placée à la fin :

"

- Marine Le Pen : C’est assez révélateur de ce que vous faites depuis déjà une semaine…



- Emmanuel Macron (la coupe) : Ça a blessé tous nos concitoyens de confession juive.



- Marine Le Pen : Non.



- Emmanuel Macron : Si, malheureusement.



- Marine Le Pen : Cette utilisation-là, elle en dit beaucoup sur vous.



- Emmanuel Macron : Qui en a parlé ? C’est vous qui en avez parlé.



- Marine Le Pen : Non, c’est un journaliste qui m’a posé la question.



- Emmanuel Macron : Oui, c’est vrai. C’est un journaliste que vous n’aviez peut-être pas choisi et que vous aviez laissé vous interroger librement.



- Marine Le Pen : Oh, ben, j’en choisis pas beaucoup, vous savez. Je sais que vous, vous pouvez les choisir mais moi, ça ne m’arrive jamais.



- Emmanuel Macron : Ce n’est pas moi qui ait récusé un journaliste pour ce débat.



- Marine Le Pen (rires).

"

Une séquence à revoir ci-dessous en vidéo :

Pour mieux comprendre l’accusation d’Emmanuel Macron, il faut refaire la genèse du débat et de ses présentateurs.

Mercredi soir, Natha­lie Saint Cricq et Chris­tophe Jaku­bys­zyn avaient la lourde responsabilité d’animer cette *fight* présidentielle. Mais avant de désigner ces deux journalistes, beaucoup de noms ont circulé dans les médias, et notamment celui d’Anne-Claire Coudray, présentatrice des JT le week-end sur TF1. Mais fin avril, Le Pari­sien avait sous-entendu que la journaliste vedette de la Une ne parti­ci­pe­rait pas au débat de l’entre-deux-tours car elle ne plai­sait pas au Front Natio­nal. "Le FN aurait mis son veto" et Marine Le Pen "n’ap­pré­cie­rait pas le prétendu macro­nisme de la jour­na­liste", assurait Le Parisien.

Le n°2 du Front national Florian Philippot a immédiatement répondu à Emmanuel Macron sur ce dossier. Selon lui, Audrey Crespo-Mara et Julien Bugier auraient été récusés par le candidat d'En Marche ! 

Du rab sur le Lab

PlusPlus