VIDÉO - En 1995, Jacques Chirac reconnaît la responsabilité de la France dans la rafle du Vel' d'Hiv'

Publié à 09h17, le 10 avril 2017 , Modifié à 14h35, le 10 avril 2017

VIDÉO - En 1995, Jacques Chirac reconnaît la responsabilité de la France dans la rafle du Vel' d'Hiv'
© Captures INA

LAB 1.0 – Nous sommes en 2017 et, à deux semaines du premier tour de la présidentielle, les politiques français débattent du rôle de la France dans la déportation et l'extermination de juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

>> Le Lab 1.0 est une chronique réalisée en partenariat avec l’INA.

Dimanche 9 avril, Marine Le Pen a estimé que la France n'était "pas responsable". "Je pense que de manière générale, plus généralement d'ailleurs, s'il y a des responsables, c'est ceux qui étaient au pouvoir à l'époque, ce n'est pas LA France. Ce n'est pas LA France", a expliqué la présidente du FN. Depuis, les réactions se multiplient. Les autres candidats à la présidentielle dénoncent les propos de la frontiste. Sur Europe 1 lundi, Yonathan Arfi, vice-président du Crif, a estimé que Marine Le Pen procède à "un raidissement volontaire de sa campagne".

On pensait la question pourtant tranchée depuis 1995 lorsque Jacques Chirac, tout juste élu président de la République, avait reconnu pour la première fois la responsabilité de l'État français dans la rafle du Vel' d'Hiv'..

À (re)voir ci-dessous en vidéo grâce à l’INA :



Jacques Chirac lançait :

La France, patrie des Lumières et des Droits de l'Homme, terre d'accueil et d'asile, la France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable

 

"Ces heures noires souillent à jamais notre histoire et sont une injure à notre passé et à nos tradition. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée, chacun le sait, par des Français, secondée par l'État français", estimait encore plus largement Jacques Chirac.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus