VIDÉO - En matière de sécurité, Emmanuel Macron fait de Nicolas Sarkozy un homme bon à citer

Publié à 17h43, le 18 octobre 2017 , Modifié à 17h47, le 18 octobre 2017

VIDÉO - En matière de sécurité, Emmanuel Macron fait de Nicolas Sarkozy un homme bon à citer
Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy et, en arrière plan, François Hollande © Valery HACHE / AFP

Emmanuel Macron aime beaucoup taper sur François Hollande. L'actuel président n'a pas manqué une occasion de taper sur son prédécesseur à l'Élysée lors de son interview télévisée, dimanche 15 octobre, sur TF1 et LCI, ce qui n'a franchement pas plu à l'intéressé.

Un autre ancien Président, en revanche, trouve grâce aux yeux d'Emmanuel Macron : Nicolas Sarkozy. Preuve en a été donnée ce mercredi 18 octobre à l'occasion du discours du chef de l'État sur la sécurité, à l'Élysée, devant policiers et gendarmes. Il a notamment parlé de la création d'une police de proximité, pardon, d'une "police de sécurité du quotidien". Emmanuel Macron a d'ailleurs prévenu. Sa PSD n'a rien à voir avec la police de proximité supprimée à partir de 2003, sous la présidence de Jacques Chirac. Il a dit :

 

La police de sécurité du quotidien vise à sortir de l'opposition stérile entre police de proximité et police d'intervention. Répondre à ces attentes, ce n'est pas remettre en place une police de proximité avec des postes de police statiques dans les quartiers. Ce n'est pas, comme on l'a parfois dénoncé, aller jouer au football avec les jeunes. C'est au contraire exercer votre métier de policier, qui représente une autorité, qui conforte et qui rassure mais qui rappelle aussi les modes de vie en société chaque fois que c'est nécessaire.

À voir ci-dessous en vidéo :

Si vous suivez la politique depuis un petit moment, la formule choisie par Emmanuel Macron a pu vous surprendre, ou tout du moins vous interpeller. Car il s'agit quasiment mot pour mot d'une formule de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, devant Jean-Pierre Havrin, directeur départemental de la sécurité publique de Haute-Garonne et ancien conseiller de Jean-Pierre Chevènement. Il est l'un de ceux qui avait inspiré la police de proximité. Devant les caméras, Nicolas Sarkozy avait lancé :

La mission première de la police ? L'investigation. L'interpellation. La lutte contre la délinquance. […] Organiser un match de rugby pour les jeunes du quartier, c'est bien. Mais ce n'est pas la mission première de la police.

 

À voir ci-dessous en vidéo :



Lorsqu'il s'agit de promouvoir sa police de sécurité au quotidien, Emmanuel Macron  reprend donc à son compte une formule de Nicolas Sarkozy – même si le rugby a été remplacé par le football...

À noter qu'en 2008, devenu chef de l'État, Nicolas Sarkozy avait décidé de mettre en place un nouveau dispositif assez ressemblant avec la police de proximité : les unités territoriales de quartier, créées par Michèle Alliot-Marie. Avec un objectif : "entretenir le contact avec la population". Elles furent remplacées en 2010 par remplacées en 2010 par les brigades spécialisées de terrain. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus