VIDÉO - Florian Philippot considère désormais le Front national comme un "adversaire politique" au même titre que les autres partis

Publié à 10h51, le 27 décembre 2017 , Modifié à 10h51, le 27 décembre 2017

VIDÉO - Florian Philippot considère désormais le Front national comme un "adversaire politique" au même titre que les autres partis
Florian Philippot, président de Les Patriotes. © Montage le Lab via franceinfo

Depuis qu'il a claqué la porte du Front national, Florian Philippot navigue à vue dans l'océan politicien français. Pas facile d'exister quand on compte ses élus sur les doigts de la main. Et pourtant, l'ancien numéro 2 du FN entend bien survivre à cette scission.

Pour ce faire, Florian Philippot n'a pas d'autre choix : il faut se démarquer du parti d'extrême droite. Il l'a déjà fait en offrant à Jean-Luc Mélenchon de "travailler ponctuellement" avec lui, en vain.

Invité de franceinfo ce mercredi 27 décembre, le président de Les Patriotes explique que, désormais, le FN est, à ses yeux, un "adversaire politique" au même titre que les autres partis. Florian Philippot lance :

 

Pour moi, [le FN] est un parti politique comme Les Républicains, le Parti socialiste, En Marche, La France insoumise ou d'autres, c'est un adversaire politique. [...] Quand on est un mouvement politique, on se présente aux élections et il y a des adversaires. Là, nous serons présents aux deux législatives partielles du 28 janvier dans le Val d'Oise et le Territoire de Belfort, nous aurons des candidats ou des candidates là-bas. Il y aura, j'imagine, des candidats En marche, Front national, France insoumise, Républicains, ce seront des adversaires politiques.

Florian Philippot fait ensuite la distinction entre "adversaires" et "ennemis", précisant que ses "ennemis", ce sont "ceux qui tuent des Français, les djihadistes qui ont massacré des Français".

Un passage isolé par franceinfo à voir ci-dessous :

En attendant de voir si Florian Philippot est capable de gagner une élection avec Les Patriotes, son mouvement doit, d'ici deux mois, organiser son premier congrès et désigner son bureau exécutif. Il y a aura, à cette occasion, l'élection du président de Les Patriotes. Et Florian Philippot a déjà prévenu : "Si je ne suis pas élu, j'arrête la politique". Improbable comme Florian Philippot arrêtant de polémiquer sur tout et tout le temps, comme il l'assurait le 18 décembre dernier.

Du rab sur le Lab

PlusPlus