VIDÉO - "La démocratie ce n’est pas dans la rue" : quand Macron reprend mot pour mot du Valls

Publié à 12h58, le 21 septembre 2017 , Modifié à 12h58, le 21 septembre 2017

VIDÉO - "La démocratie ce n’est pas dans la rue" : quand Macron reprend mot pour mot du Valls
Emmanuel Macron et Manuel Valls. © AFP

Ctrl C / Ctrl V - Une manifestation le 12 septembre, une autre le 21 et encore une autre de prévue le 23 derrière La France insoumise pour lutter contre la réforme du code du travail par ordonnances… Pour prévenir cette contestation sociale et montrer sa volonté réformatrice, Emmanuel Macron, sur CNN le 20 septembre, a ressorti un vieux gimmick de la politique française et de l’exécutif en jugeant que "la démocratie, ce n’est pas la rue".

Des mots qui en rappellent d’autres.

En 2016, en pleine contestation sociale contre la loi travail portée par Myriam El Khomri, ministre du Travail du gouvernement de Manuel Valls qui avait alors utilisé la procédure du 49.3, le Premier ministre d’alors, aujourd’hui apparenté La République en marche, usait exactement des mêmes mots :

"

Je crois dans la démocratie, mais la démocratie ce n’est pas la rue. La démocratie c’est le vote ! C’est la démocratie sociale dans l’entreprise !

"

Deux lois travail, deux mêmes propos, des ordonnances d’un côté, des 49.3 de l’autre. Same same but different.

Un copier-coller à voir en vidéo :

Ces sentences rappellent celle, célèbre, de Jean-Pierre Raffarin qui, au printemps 2003, pendant la réforme des retraites menée par son gouvernement, avait lancé :

"

Le Parlement doit décider, la rue doit défiler, mais ce n’est pas la rue qui gouverne.

"

Comme l’ont noté Public Sénat et L’Obs, "s’attaquer à la rue" est "un grand classique de la politique".

Après Jean-Pierre Raffarin, un autre Premier ministre de Jacques Chirac avait opposé rue et démocratie. Pendant la contestation sociale contre le CPE, en 2006, Dominique de Villepin assurait que son gouvernement tiendrait bon face à la rue (avant de finalement céder) et déclarait à l’Assemblée nationale (une autre déclaration restée célèbre et moquée alors par Les Guignols de l’Info) :

"

J’écoute ceux qui manifestent, mais j’écoute aussi ceux qui ne manifestent pas. 

"

A voir en vidéo à environ 1 minute :

Après eux, Nicolas Sarkozy, en 2008, avant de clamer que "désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit", assurait qu’avec la droite, "la rue n’a jamais fait la loi dans la République française"

Vous en voulez encore ?

François Hollande, en 2013 lors des importantes manifestations de la Manif pour tous contre la loi Taubira, jurait qu’"on ne fait pas une loi en fonction du nombre de manifestants".

Sauf que tout n’est pas si simple. Et comme l’a mentionné le journaliste et chroniqueur de Mediapart Hubert Huertas, "tout pouvoir confronté à un million de manifestants a perdu les élections suivantes depuis 35 ans".

Si ce n’est pas la rue qui gouverne, elle peut donc empêcher de gouverner... plus tard.

Du rab sur le Lab

PlusPlus