VIDÉO - La leçon d’histoire approximative de Macron et Bern à des CM2 lors des journées du patrimoine

Publié à 14h58, le 16 septembre 2017 , Modifié à 14h58, le 16 septembre 2017

VIDÉO - La leçon d’histoire approximative de Macron et Bern à des CM2 lors des journées du patrimoine
Emmanuel Macron et Stéphane Bern visitaient samedi matin, à l'occasion des Journées européennes du Patrimoine, le château de Monte-Cristo. © LUDOVIC MARIN / AFP

Ex du Parti de gauche mais surtout historienne des révolutions et de la citoyenneté, Mathilde Larrere est connue pour corriger sur Twitter les erreurs et approximations historiques des politiques. Ce qu’elle a de nouveau fait ce samedi 16 septembre avec Emmanuel Macron.

Pour cette première journée des Journées du patrimoine, le chef de l’Etat s’est rendu au château de Monte-Cristo dans les Yvelines en compagnie de Stéphane Bern, tout juste missionné par Emmanuel Macron pour devenir son "monsieur Patrimoine". Et c’est là, face à des élèves de CM2, que les deux hommes se sont lancés dans un petit cours d’histoire sur l’édit de Villers-Cotterêts relayé en vidéo par le compte Twitter du Président :

Stéphane Bern débute la leçon ainsi :

"

Ça s’appelle les ordonnances de Villers-Cotterêts. François 1er a signé ces ordonnances qui fait du français la langue officielle. Si nous parlons tous le français, c’est grâce à l’ordonnance de Villers-Cotterêts.

"

Emmanuel Macron prend alors la parole pour compléter les propos de l’animateur télé :

"

On est tous Français alors qu’on parlait souvent des patois un peu différents. Notre pays s’est fait par la langue. Le roi a décidé que tous ceux qui vivaient dans son royaume devaient parler français

"

Une version de l’histoire, erronée et/ou approximative, qui a donc irrité l’historienne. "Oh purée, ça commence fort", a tweeté Mathilde Larrere, pestant contre "une mésinterprétation de l’édit". Car, comme elle le souligne, les ordonnances de Villers-Cotterêts, signées en 1539 par François 1er, "n’imposent en aucun cas le français comme langue aux populations du royaume". Elle ajoute :

"

Il (l’édit, ndlr) dit juste que les actes légaux et notarié seront en français ! Et plus en latin (donc ça n'a rien à voir avec une lutte contre le patois). L’édit, c’est surtout une étape dans l’imposition du pouvoir royal.

"

Comme le rappelle Wikipedia, "cette ordonnance est le plus ancien texte législatif pour partie encore en vigueur en France, ses articles 110 et 111 (concernant la langue française) n'ayant jamais été abrogés". Et, effectivement, l’encyclopédie en ligne poursuit :

"

Elle est surtout connue pour être l'acte fondateur de la primauté et de l'exclusivité du français dans les documents relatifs à la vie publique du royaume de France ; en effet, pour faciliter la bonne compréhension des actes de l'administration et de la justice, elle impose qu'ils soient rédigés dans cette langue. Le français devient ainsi la langue officielle du droit et de l'administration, en lieu et place du latin.

"

Une belle approximation donc de la part d’Emmanuel Macron et de Stéphane Bern pour leur première sortie commune. Oups.

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Stéphane Bern, nouveau "Monsieur Patrimoine" d'Emmanuel Macron  

> Stéphane Bern nommé par Macron : "Je ferai ça en plus de mon travail, bénévolement" 

Du rab sur le Lab

PlusPlus