VIDÉO – L’agacement de François Fillon, interrogé sur les nouvelles révélations du Canard Enchaîné

Publié à 11h49, le 08 mars 2017 , Modifié à 11h49, le 08 mars 2017

VIDÉO – L’agacement de François Fillon, interrogé sur les nouvelles révélations du Canard Enchaîné
François Fillon. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

JPP - François Fillon a réussi à bloquer tous les putschs tentés par son camp pour le débarquer. L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, malgré sa probable mise en examen le 15 mars dans le "Penelope Gate", reste bien le candidat de la droite pour la présidentielle. Mais l’affaire n’est pour autant pas terminée. Ce mercredi 8 mars, le Canard Enchaîné sort de nouvelles révélations sur un prêt de 50.000 euros, sans intérêts et non déclaré, de l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière.

Interrogé en marge d’une rencontre avec l’association des départements de France ce mercredi, François Fillon s’est montré passablement agacé de devoir à nouveau répondre aux révélations du palmipède :

Je ne réponds à rien sur ces sujets. Ce n’est pas un sujet. Interrogez mes avocats. Ce feuilleton ne m’intéresse plus. Je ne me laisserai pas entraîner dans une opération qui est clairement de déstabilisation politique.

Une vidéo isolée par Public Sénat :

Le Canard Enchaîné révèle ainsi que le vainqueur de la primaire de la droite "n'a pas jugé utile de faire figurer" ces 50.000 euros sur sa déclaration de patrimoine adressée à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Car selon le Code général des impôts, tout prêt supérieur à 760 euros doit être déclaré par l'emprunteur.

Le réquisitoire du parquet national financier -qui a ouvert l'information judiciaire sur les emplois présumés fictifs de l'épouse de François Fillon, Penelope, et de deux de leurs enfants- vise entre autres des "manquements aux obligations de déclaration" de François Fillon auprès de la HATVP. Ce prêt a toutefois été "intégralement remboursé", a affirmé au Canard l'avocat du candidat à la présidentielle, refusant de préciser à quelle date a eu lieu le remboursement.

Marc Ladreit de Lacharrière, PDG de Fimalac et proche de l'ancien Premier ministre, a lui aussi été entendu par la police sur les conditions d'emploi de Penelope Fillon, entre 2012 et 2013, par La Revue des deux mondes, qu'il préside. Un emploi également suspecté et également sous le feu des critiques.

Du rab sur le Lab

PlusPlus