VIDÉO - Le lapsus de Boris Vallaud sur le besoin de "recours" (non en fait de recul) de Najat Vallaud-Belkacem

Publié à 09h06, le 11 janvier 2018 , Modifié à 09h06, le 11 janvier 2018

VIDÉO - Le lapsus de Boris Vallaud sur le besoin de "recours" (non en fait de recul) de Najat Vallaud-Belkacem

Et de 4 ! Depuis que Najat Vallaud-Belkacem a renoncé à briguer la tête du PS, les candidatures se sont multipliées. Les candidats ont jusqu'au 27 janvier pour se déclarer. Ce jeudi 11 janvier, sont sur la ligne de départ : Luc Carvounas, Stéphane le Foll, Olivier Faure et Emmanuel Maurel. Un casting, pour le moment, très masculin. Il faut dire que celle qui incarnait pour certains socialistes, notamment les quadragénaires, l'espoir a renoncé. Dans une interview à l'Obs, publiée le 4 janvier, elle a donné les raisons de cette décision. Elle expliquait alors :

Je sais que cela peut paraître étrange de ne pas céder à l’amicale pression de ses amis, que les standards de la politique nous ont plutôt habitués au contraire, mais je veux vraiment réfléchir, travailler et comprendre d’autres mondes que le seul monde politique. Je n’ai d’ailleurs jamais voulu d’une vie réduite à la politique. Je sais qu’il y a d’autres façons de se rendre utile.

Invité de Cnews, le député Boris Vallaud, par ailleurs mari de Najat Vallaud-Belkacem, est interrogé sur ce renoncement. Et il commet un beau lapsus. Il dit :

 

Pour la connaitre un peu, ce n'est pas une femme qui se décourage facilement. En revanche, elle a fait l'analyse que elle avait besoin, pour être utile, de prendre du recours... du recul, d'aller au fond des choses et d'avoir des formes d’engagement qui sont sur un temps plus long moins dans l'immédiateté du commentaire de l'actualité.  

Si c'est l’inconscient du député PS des Landes qui a parlé, l'ex-ministre attendrait donc d'être sollicitée pour se poser en recours. Une hypothèse que l'on pourra vérifier d'ici à la fin du mois quand le délai pour se présenter sera clos. 

 

 

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus