VIDÉO - Le moment de solitude de François Hollande face à la chaise vide du président burkinabé

Publié à 13h03, le 02 décembre 2015 , Modifié à 13h05, le 02 décembre 2015

VIDÉO - Le moment de solitude de François Hollande face à la chaise vide du président burkinabé

PAS PHYSIONOMISTE POUR DEUX SOUS - François Hollande a vécu un nouveau moment de solitude comme il en a déjà connu. Mardi 1er décembre, lors d’un mini-sommet consacré à l’Afrique dans le cadre de la COP21, il s’est trompé d’interlocuteur en voulant s’adresser au président burkinabé.

Quatre petits coups d’un marteau taille enfant donnent le coup d’envoi de la séance. C’est François Hollande lui-même qui tapote et enjoint les dirigeants africains à rejoindre la table avec un très solennel "En place !". Plusieurs de ses homologues africains le remercient pour son "engagement mondial" - Paris mobilisera 2 milliards d’euros en faveur des énergies renouvelables” en Afrique d’ici à 2020 - et ça lui donne la banane. Il a même devant lui une carte de l’Afrique pour éviter toute bévue.

Pour clore la séance, François Hollande veut adresser un petit mot sympa au président bukinabé, Michel Kafando, pour le féliciter du bon déroulement des dernières élections dans son pays. Le président français dit alors :

Dernier orateur pour cette question cruciale de la grande muraille : le président Kafando. Je voulais surtout lui dire combien nous sommes très heureux que les élections au Burkina Faso se soient passées de manière transparente, démocratique, et que le résultat ne souffre d’aucune contestation. [Le nouveau président Roch Kaboré a été élu le 29 novembre et attend son investiture, ndlr] Et vous y êtes pour beaucoup, monsieur le président. Je sais, vous avez même éprouvé à un certain moment, je m’en souviens, la dureté de cette mission.

S’en suivent cinq secondes de trèèès long silence, pendant lesquelles le chef de l’Etat reste tourné vers... une chaise vide. Le président burkinabé s’est en effet absenté.

Un moment de solitude capturé par Le Petit journal.

Heureusement, son ministre des Affaires étrangères, assis une chaise plus loin, finit par venir à la rescousse et prend le micro en s’efforçant de ne pas trop rire. Il lance :

Merci monsieur le président. Le président Kafando est hors de la salle actuellement. Je crois qu’il est en communication avec Ouagadougou.

Le ministre burkinabé assure, en conséquence, le discours pour son pays. Ce qui laisse le temps à François Hollande de réfléchir à la façon dont il va rebondir. Et, non, boulette ne rime pas avec blagounette. "Vous transmettrez à votre président donc, euh, les félicitations", dit-il.

On rame.

Du rab sur le Lab

PlusPlus