VIDÉO - La violente charge d'Eric Cantona contre François Fillon

Publié à 15h35, le 24 mars 2017 , Modifié à 16h50, le 24 mars 2017

VIDÉO - La violente charge d'Eric Cantona contre François Fillon
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

#FOOTPOLITIQUE - Pour qu'Eric Cantona se mêle de la campagne, c'est que l'heure est particulièrement grave. Et quand "le King" ouvre la bouche, c'est toujours cinglant. Ce vendredi 24 mars, l'ancien international tricolore et joueur légendaire de Manchester United a un petit message pour François Fillon. 

Dans son émission The Commissioner of football, repérée par Eurosport, Eric Cantona s'en prend au candidat de la droite, mis en examen depuis le 15 mars dernier pour détournement de fonds publics, complicité et recel d'abus de biens sociaux et manquement à ses obligations de déclaration à la Haute autorité de la vie publique. "Canto" dresse une comparaison entre Karim Benzema, toujours persona non grata en équipe de France depuis le début de l'affaire Valbuena et François Fillon. Visiblement mécontent de la tournure de cette campagne présidentielle, l'ancien n°7 des Red Devils propose carrément "d'annuler l'élection". Il dit : 

La France est un pays vraiment étrange. Si vous êtes accusé, vous êtes exclu indéfiniment de l'équipe nationale de football mais vous pouvez encore vous présenter à l'élection présidentielle. François Fillon a un jour suggéré d'annuler un match si des gens manquaient de respect à l'hymne national. Je suggère que nous annulions l'élection quand les candidats se montrent irrespectueux envers la morale et l'éthique. Merci. 

Voici la séquence en vidéo isolée par Eurosport

Pour mieux souligner le "deux poids, deux mesures", Eric Cantona revient sur un match amical entre la France et la Tunisie qui date de 2008. A l'époque, les sifflets contre la Marseillaiseavaient indigné la classe politique et le gouvernement en premier lieu. Premier ministre en place, François Fillon avait proposé "d'interrompre le match quand les hymnes nationaux, quels qu'ils soient, sont sifflés". Par simple analogie, Eric Cantona réclame la même exemplarité en politique. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus