VIDÉO - L’énorme scud de Macron à Hollande qui ne veut pas aller "sur un camion" pour dire qu’une entreprise ne va pas fermer

Publié à 23h07, le 06 avril 2017 , Modifié à 10h28, le 07 avril 2017

VIDÉO - L’énorme scud de Macron à Hollande qui ne veut pas aller "sur un camion" pour dire qu’une entreprise ne va pas fermer
François Ruffin et Emmanuel Macron © Captures d'écran France 2

L’invité mystère est l’une des séquences-clés de L’Emission politique. Pour Emmanuel Macron, point de Christine Angot. Tant pis pour l’anthologie. Le candidat d’En Marche ! est invité ce jeudi 6 avril à débattre avec François Ruffin, ancienne figure de Nuit Debout et fondateur et rédacteur en chef du journal Fakir. Ce dernier, candidat aux législatives à Amiens, parle notamment à l’ambitieux de  la situation de l'usine Whirlpool d'Amiens qui délocalisera sa production en Pologne en 2018. François Ruffin s’étonne qu’Emmanuel Macron, qui est originaire de la préfecture de la Somme, ne parle pas de cette situation sociale. "Là, on a affaire à une agression économique et, par votre silence, par votre absence, il y a une complicité", lance François Ruffin qui aimerait convenir d’un rendez-vous entre le candidat à la présidentielle et les salariés de l’usine.

Emmanuel Macron refuse d’accéder à la demande de l’ancienne figure de Nuit Debout. Non, il ne se rendra pas à l’usine de Whirlpool durant cette campagne présidentielle, du moins pas en déplacement officiel avec journalistes et caméras. "Une campagne présidentielle, ce n’est pas pour faire des propos d’estrade avec des promesses qu’on ne sait pas tenir", balance-t-il. Tiens, mais à quoi fait-il référence ?

Il poursuit :

"

Je ne me suis pas saisi des cas en cours, des cas chauds de restructuration, parce que c’est de la démago complète, je vais vous parler franchement. Ça a été fait il y a 5 ans, il y a 10 ans. [...] Mon silence, ce n’est pas une indifférence. Mon silence, c’est de ne pas manipuler des situations. C’est trop facile. C’est trop facile. Je vais faire quoi ? Je vais aller sur un camion et je vais aller dire qu’avec moi ça ne fermera pas ? On sait que ce n’est pas vrai.

 

"


Cela vous rappelle quelque chose ? C’est normal. En 2012, lors de la campagne présidentielle, François Hollande s’était rendu à Florange. Sur une camionnette de l’intersyndicale, le candidat à la présidentielle avait promis de sauver le site des hauts-fourneaux de l’usine Arcelor-Mittal. Les hauts-fourneaux ont fermé en avril 2013. Une stèle pour *commémorer* la "trahison" de François Hollande est alors installée à Florange.

La critique à peine voilée d’Emmanuel Macron n’est clairement pas due au hasard. Ses adversaires à la présidentielle et notamment François Fillon n’ont de cesse d’accuser le candidat d’En Marche ! d’être l’héritier de François Hollande, le candidat LR rebaptisant Emmanuel Macron "Emmanuel Hollande" histoire de bien se faire comprendre. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus