VIDÉO - L'interview lunaire de Richard Ramos (MoDem) par François Ruffin (LFI) où ils inventent le centrisme révolutionnaire

Publié à 18h11, le 06 octobre 2017 , Modifié à 13h57, le 26 décembre 2017

VIDÉO - L'interview lunaire de Richard Ramos (MoDem) par François Ruffin (LFI) où ils inventent le centrisme révolutionnaire
François Ruffin et Richard Ramos. © Montage le Lab

François Ruffin avait prévenu : lui député, il n'abandonnerait pas sa casquette de journaliste et deviendrait un "député-reporter". Et c'est ce qu'il fait, chaque mercredi, en distribuant son "Ruff'Info" à ses collègues parlementaires, ou bien en postant des vidéos sur sa chaîne Youtube.

C'est via cette dernière que, ce vendredi 6 octobre, le député de La France insoumise (LFI) a fait une interview assez lunaire du député MoDem Richard Ramos. Les deux ont fait parler d'eux mi-septembre, lors de l'audition du groupe Bigard à l'Assemblée. Une improbable coalition allant de LFI à LR en passant par le MoDem avait eu lieu pour protester contre le PDG du groupe après ses refus de répondre aux questions des députés.

Et depuis, François Ruffin et Richard Ramos, beh ils s'aiment bien.

Alors, tout naturellement, le député LFI poste une interview du député centriste, sur sa chaîne Youtube, une vidéo intitulée : "MON AMI DU MODEM, RICHARD RAMOS - Entretien avec Richard Ramos, mon ami du Modem, l'homme d'où est parti le scandale Bigard".

François Ruffin s'y félicite d'avoir "trouvé des camarades de combat" face à Bigard, "venant du MoDem, de Nouvelle gauche". Le député LFI demande à son camarade MoDem pourquoi il a "jailli de sa boîte face à Bigard". Réponse de l'intéressé :

"

Parce que j'ai pas réfléchi. Ce qui nous guette ici, c'est de s'embourgeoiser. Quand on a des combats qui sont des combats sincères, on doit sortir de sa boîte. Là pour le coup, j'avais rien prévu. Simplement j'ai vu que ce qu'avait fait monsieur Bigard, c'était inadmissible. J'y suis allé en toute sincérité. Et je crois qu'à travers cette sincérité, les gens comme toi François, et d'autres, ils nous ont tous emboîté le pas. Pour une fois, on a fait fi des différences politiques.

"

L'ambiance est détendue, de nombreux rires viennent ponctuer la discussion. Et Richard Ramos continue, théorisant avec François Ruffin un "axe Insoumis/MoDem" pour défendre "l'intérêt général" :

"

Rassure-toi, dans ces cinq ans, peut-être sur d'autres sujets, je ressortirai de ma boîte. Alors, j'essaie, parce que je suis centriste, j'essaie de me calmer, de me pondérer ['Moi aussi j'essaye', lui rétorque François Ruffin. Les deux éclatent de rire]. Sur certains sujets, on doit travailler sur le fond. A un moment donné, l'intérêt général, l'intérêt des Français, il est qu'on se retrouve pour faire plier. On pourrait trouver des points de convergence, au-delà des partis politiques qui sont bien différents, et si là on y va à cinq, six différents, on va faire avancer les choses. Sinon on va nous cantonner, nous les centristes, à être des mous, ni oui ni non, et on est des godillots mais on n'est pas tout à fait des godillots. Et puis toi, tu seras un grand révolutionnaire dans cet hémicycle.

"

"Tout seul, glisse François Ruffin dans un éclat de rire. Enfin, tout seul avec mes camarades, mais on n'est pas nombreux." Un échange à voir ci-dessous :

Déjà, jeudi 5 octobre, François Ruffin postait une vidéo de Richard Ramos et lui-même pour envoyer ce message à Bigard : "Vous allez payer !". Et déjà François Ruffin voyait dans ce combat un "axe Inoumis-Modem Ruffin-Ramos au service de la représentation nationale contre l'industriel Bigard".



[BONUS TRACK] "Elu sur un malentendu"

Dans cette interview du député MoDem Richard Ramos par le député LFI François Ruffin, ce dernier commence par lui poser des questions sur sa jeunesse, son parcours politique. Après avoir dit être entré en politique notamment grâce à Jacqueline Gourault, aujourd'hui ministre auprès du ministre de l'Intérieur, et expliqué qu'à l'époque il était "beaucoup plus rebelle que le centriste qu'on voulait qu['il soit]", Richard Ramos aborde les dernières élections législatives. Il lance :

 

"

J'ai été député sur un malentendu, certainement. On a tous été dans la vague, en tout cas pour moi, de Macron. C'était quelque chose de très inattendu.

"

Voilà.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus