VIDÉO - Nicolas Hulot le dit comme il le pense : "C'est chiant du matin au soir, d'être ministre"

Publié à 09h50, le 01 décembre 2017 , Modifié à 10h14, le 01 décembre 2017

VIDÉO - Nicolas Hulot le dit comme il le pense : "C'est chiant du matin au soir, d'être ministre"
Nicolas Hulot © Capture d'écran France Inter

Il a l'habitude d'être très sincère quant aux difficultés inhérentes à la fonction de ministre. "Angoisses" et "rudesse", disait-il en juillet, avant de se dire un peu "solitaire" sur le front de l'écologie au sein du gouvernement il y a quelques jours. Nicolas Hulot va encore un peu plus loin dans ce registre, vendredi 1er décembre sur France Inter.

Alors qu'il lui est demandé s'il a l'impression d'obtenir des progrès politiques mais aussi de faire bouger ses collègues ministres, pas forcément avant-gardistes sur les questions environnementales, l'ex-présentateur d'Ushuaïa répond :

On est en train de changer d'approche, on est en train de changer d'échelle. [...] Je pense qu'il y a une mutation qui est en marche, qu'elle se fasse avec un peu de temps, c'est normal compte tenu de la diversité de nos parcours de vie. Mais j'ai franchement le sentiment - d'ailleurs si j'avais pas ce sentiment, pourquoi voulez-vous que je reste ? C'est chiant du matin au soir d'être ministre ! Ça n'a d'intérêt que si vous avez le sentiment de faire avancer les choses et j'ai non seulement ce sentiment [mais] la conviction, et je peux en faire la démonstration, qu'on fait avancer les choses.

 

Voilà ce que l'on appelle dire le fond de sa pensée. Une manière comme une autre pour lui de démentir une fois de plus les rumeurs incessantes autour de son éventuelle démission. 

"Je serai heureux quand, sur les sujets santé-environnement, de transition énergétique, d'économie sociale et solidaire, j'aurai le sentiment d'avoir participé à engager des dynamiques irréversibles", dit encore Nicolas Hulot dont on sent bien qu'il ne prend pas un pied phénoménal à faire partie du gouvernement.



À LIRE SUR LE LAB :

Nicolas Hulot raconte qu'il a dû refuser une session kitesurf avec John Kerry parce qu'il est ministre

[BONUS TRACK]

Cette interview a aussi été l'occasion pour Nicolas Hulot de régler un ou deux comptes avec l'écologiste Yannick Jadot, eurodéputé EELV et éphémère candidat à la présidentielle :

Du rab sur le Lab

PlusPlus