VIDÉO - Notre-Dame-des-Landes : Emmanuel Macron assure que son "avis personnel ne compte pas"

Publié à 13h31, le 27 janvier 2018 , Modifié à 13h34, le 27 janvier 2018

VIDÉO - Notre-Dame-des-Landes : Emmanuel Macron assure que son "avis personnel ne compte pas"
Emmanuel Macron. © Montage le Lab via LUDOVIC MARIN / AFP

"La décision est claire et irrévocable", a martelé Edouard Philippe, le 17 janvier, au soir de son annonce d'abandonner le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Un reniement de la promesse de campagne d'Emmanuel Macron, pour les partisans du projet.

Depuis cette décision de l'exécutif, Emmanuel Macron n'avait pas donné son avis sur l'épineuse question. Jusqu'à ce vendredi 26 janvier. Au micro de Paul Larrouturou, pour l'émission Quotidien, Emmanuel Macron fait le bilan de la situation :

Les zadistes vont quitter la zone. Le problème qu'il y a derrière, qui est plus fondamental, et qui fait que tout ça est en quelque sorte circulaire, c'est que ce projet a mis beaucoup trop de temps. Moi, ce que je vois, c'est que ça fait 50 ans qu'on n'a pas décidé sur ce sujet, qu'on a attendu l'épuisement de tous les recours. Et ça fait huit ans maintenant qu'il y avait une situation de non-droit. L'engagement de méthode que j'ai pris, il a été tenu et je vous confirme tout à fait qu'il a permis d'éclairer quelque chose que je n'avais pas pris en compte dans la position que j'avais tenu à l'époque.

Puis, Paul Larrouturou lance au président de la République : "Vous avez changé d'avis…". Réponse d'Emmanuel Macron :

Mon avis personnel ne compte pas en la matière. Non, mais il a été éclairé et documenté. Et donc, la décision qui a été prise, j'en suis convaincu, est la bonne.

Un passage isolé par Quotidien à voir ci-dessous :

Depuis l'annonce, mercredi 17 janvier, de l'abandon définitif de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le camp pro-aéroport ne lâche pas l'exécutif d'une semelle. Il faut dire que le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron avait promis de le construire, cet aéroport. Édouard Philippe aussi, en 2016, alors qu'il était porte-parole du candidat à la primaire de la droite Alain Juppé, se disait favorable à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

LIRE AUSSI SUR LE LAB
Pour nier qu’Emmanuel Macron se renie sur Notre-Dame-des-Landes, Christophe Castaner réécrit totalement l’histoire

Du rab sur le Lab

PlusPlus