VIDÉO - Thierry Solère souligne la grosse perte de vitesse de l’UMP en nombre de députés depuis 2002

Publié à 09h38, le 20 juin 2017 , Modifié à 09h42, le 20 juin 2017

VIDÉO - Thierry Solère souligne la grosse perte de vitesse de l’UMP en nombre de députés depuis 2002
Thierry Solère souhaite créer un groupe parlementaire indépendant de LR et favorable au gouvernement. © Capture d'écran France Inter
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

La droite va très probablement se diviser après cette double claque (présidentielle + législatives). Entre les députés qui se veulent "constructifs" (team Raffarin-Solère) et ceux qui veulent assumer "une droite forte et claire" (team Wauquiez-Ciotti), le divorce semble quasi acté. Mardi 19 juin, Thierry Solère a même annoncé au Parisien son intention de créer un groupe parlementaire indépendant de LR et favorable au gouvernement. Invité ce même mardi sur France Inter, le député des Hauts-de-Seine a justifié cette scission par la forte perte de vitesse de son parti depuis 2002.

Dès sa réélection dimanche soir, Éric Ciotti a souhaité l’exclusion de LR des députés de droite Macron-compatibles. Thierry Solère est forcément dans le viseur du député des Alpes-Maritimes. Et pour sa défense, il explique que la stratégie de LR, et de l’UMP avant, n’avait pas vraiment été payante, si on s’en tient aux chiffres :

L’UMP c’est 2002, c’est après la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle. 2002 : 365 députés de droite à l’Assemblée. 2007 :  300. 2012 : 200. Et en 2017 : 111. Alors moi, je veux bien que ceux qui sont responsables de tout ça depuis 15 ans viennent nous expliquer comment on fait la croissance mais pour l’instant, c’est pas tout à fait ça que les Français constatent.

Retrouvez cette séquence ci-dessous en vidéo :

Thierry Solère a visiblement repris les éléments de langage d’un autre "constructif", Gilles Boyer – qui a été battu dimanche dernier dans la 8e circonscription des Hauts-de-Seine.

Et si on écoute Thierry Solère, il n’est pas vraiment seul à vouloir changer de stratégie à droite. "Je crois qu’on est assez nombreux pour faire [ce groupe parlementaire]. Il faut 15 personnes pour faire un groupe au Parlement, c’est la règle. Donc, on est largement plus de 15", assure-t-il ce mardi sur France Inter. A LR, la scission est en marche et rien ne pourra l’arrêter. 



A LIRE AUSSI SUR LE LAB

> Thierry Solère veut créer un groupe parlementaire indépendant de LR

Du rab sur le Lab

PlusPlus