VIDÉOS – Juppé lâche ses coups contre Fillon, Le Maire et Sarkozy dans un doc de Franz-Olivier Giesbert

Publié à 17h29, le 28 septembre 2016 , Modifié à 21h37, le 29 septembre 2016

VIDÉOS – Juppé lâche ses coups contre Fillon, Le Maire et Sarkozy dans un doc de Franz-Olivier Giesbert
Alain Juppé © AFP

Quand il regarde le niveau du débat politique actuel, Alain Juppé soupire. De son point de vue, il est nul. Point. C'est ce que le maire de Bordeaux a noté quelques jours après les déclarations de Nicolas Sarkozy sur "nos ancêtres les Gaulois". L'ancien Premier ministre veut une bataille digne, projet contre projet, sans "incongruité" ni attaques personnelles. L'homme a même soumis l'idée d'un code de "bonne conduite" pour la primaire, ce qui a beaucoup amusé Nicolas Sarkozy…

Mais Alain Juppé est malin : d'un côté, il demande à ses troupes de ne pas "entrer dans la polémique". "Nous nous battons d'un côté contre le Front national, de l'autre contre le Parti socialiste, et pas contre mes compétiteurs", lançait-il en juin aux membres des Jeunes avec Juppé ; mais de l'autre côté, l'ancien Premier ministre n'hésite pas (plus) à dézinguer ses principaux adversaires de la primaire

Dans le documentaire qui sera diffusé sur France 3 lundi 3 octobre, Juppé, le ressuscité, le candidat à la primaire de la droite lâche ses coups contre ses trois principaux rivaux. C'est François Fillon qui en prend le premier pour son grade. Cela commence gentiment, Alain Juppé expliquant ce qu'il aime chez le député de Paris. Mais cela ne dure pas très longtemps. Il dit :

 

"

Fillon c'est le sérieux, c'est le calme, une forme de sang-froid, de réflexion. De l'autre côté, Fillon c'est peut-être un peu l'indécision ou la difficulté à s'engager vraiment et à trancher vraiment. […] Ce n'est pas que je ne l'aime pas mais c'est un peu une faiblesse chez lui, c'est sûr. Puis… voilà… ne pas aller jusqu'au bout des choses. Je pense qu'il a fait, je l'ai déjà dit, une erreur majeure en restant à Matignon cinq ans et dès le lendemain de l'échec de la présidentielle d'expliquer que ce n'était pas ça qu'il fallait faire. Il l'a dit d'ailleurs pour son passage dans mon gouvernement, entre 95 et 97 – en plus gentiment, en expliquant que j'étais quand même un bon Premier ministre mais que quand même, on avait eu tout faux. Voilà. Je n'aime pas cette espèce de façon de jeter bébé avec l'eau du bain.

"

Voilà pour François Fillon, qui serait sûrement ravi de ce portrait dressé de lui par Alain Juppé. Mais ce n'est pas fini. Alors qu'il parle d'un autre de ses adversaires, en l'occurrence Bruno Le Maire, Alain Juppé en profite pour glisser une nouvelle attaque à l'ex-Premier ministre. "Il [Bruno Le Maire] est intelligent, il est ambitieux. Ce sont des qualités. Il écrit bien, c'est vrai – Fillon fait des bons discours, je ne sais pas si c'est lui qui les écrits mais ils sont bons et il les prononce bien", dit-il avant d'embrayer sur un dézingage de Bruno Le Maire :

"

Le Maire, il n'est pas moderne, contrairement à ce qu'il essaye de faire croire. Il a une façon assez classique et superficielle de voir les choses parfois, cette espèce d'ambition froide… On dit que je suis froid. Je crois qu'il l'est vraiment lui [sourire].

 

"

Deux instants de Juppé, le ressuscité à voir ci-dessous en vidéo :



Vous nous direz qu'Alain Juppé est bien gentil mais François Fillon et Bruno Le Maire, à en croire les sondages, ne sont pas ses principaux adversaires pour la primaire de la droite. Et que, quitte à s'en prendre aux autres ambitieux, il pourrait commencer par le plus sérieux d'entre eux : Nicolas Sarkozy.

Patience, patience. Quelques minutes plus tard, l'ancien Premier ministre évoque bien le cas de l'ex-Président. Cela commence comme avec François Fillon et Bruno Le Maire, en parlant d'abord des qualités du personnage évoqué. Puis surgissent les commentaires acerbes sur celui qu'il présente comme "un ami d'une certaine manière", une "amitié politique". Alain Juppé lance :

"

Chez Sarkozy c'est facile, on voit tout de suite ce qu'on aime et ce qu'on n'aime pas. Ce qu'on aime, c'est cette énergie, cette façon de capter l'attention, et plus que l'attention, quand vous êtes en face à face avec lui, d'abord il vous touche, il vous prend physiquement et c'est difficile de résister. Je suis assez sensible à cette… ce n'est pas du charme… à cette puissance. Puis par ailleurs, il y a de l'autre côté l'excès, la superficialité, l'emballement, parfois un peu le simplisme sur certaines idées, bien sûr.

 

"

À voir également ci-dessous en vidéo :



Alain Juppé en est donc arrivé au point où il lâche ses coups. Au-delà des cas Fillon et Sarkozy, les mots du favori des sondages concernant Bruno Le Maire témoignent d'une rivalité croissante. Même s'il attaque avec la même constance et la même saveur Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, l'ancien ministre de l'Agriculture pourrait appeler à voter pour l'ex-Président s'il ne figure pas au deuxième tour de la primaire. "Dans l’équipe d’Alain Juppé, de plus en plus en sont persuadés", croit savoir L'Opinion. Un bruit d'alcôve qui se fait de plus en plus insistant du côté de la rue de Vaugirard. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus