Vincent Peillon sera candidat à la primaire de la BAP

Publié à 11h53, le 07 décembre 2016 , Modifié à 12h29, le 07 décembre 2016

Vincent Peillon sera candidat à la primaire de la BAP
Vincent Peillon © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

NUMÉRO 10 - On n'avait plus trop entendu parler de lui depuis son départ du gouvernement, en mars 2014. Politiquement, s'entend. Car Vincent Peillon, toujours député européen et redevenu prof de philo, a depuis réinvesti le champs littéraire, avec son thriller d'espionnage Aurora (Stock) publié au mois d'avril. Revoilà donc l'ex-ministre de l'Éducation nationale en cette fin 2016, avec une ambition : se présenter à la primaire de la Belle Alliance Populaire.

De nombreux médias l'affirment, mercredi 7 décembre. Auprès du Lab, un proche de Vincent Peillon confirme que ce dernier "devrait présenter sa candidature dans les jours qui viennent" et réunir ses amis la semaine prochaine. Il devrait a priori tenter d'occuper l'espace laissé vacant par la non-candidature de François Hollande, en s'intercalant entre Manuel Valls et Arnaud Montebourg, annoncés comme les favoris du scrutin.

Il est donc le dixième candidat déclaré à la primaire organisée par le PS, aux côtés des Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Marie-Noëlle Lienemann, François de Rugy, Jean-Luc Bennahmias, Pierre Larrouturou, Gérard Filoche et Bastien Faudot. Tous ont jusqu'au 15 décembre pour réunir les parrainages requis et déposer officiellement leurs candidatures auprès de la "Haute autorité des primaires [SIC] citoyennes". 

À noter que la candidature de Vincent Peillon fait remonter les souvenirs du "Nouveau Parti socialiste", courant du PS créé après le congrès de Dijon en 2003, avec entre autres Arnaud Montebourg et Benoît Hamon.

La démarche de l'ex-ministre a-t-elle été sponsorisée en sous-main par Martine Aubry ? Il se dit que la maire de Lille aurait manœuvré en ce sens après avoir constaté que Christiane Taubira ne se présenterait pas à cette compétition pré-présidentielle. Mais l'ancienne Première secrétaire du PS a officiellement démenti cette information mercredi 7 décembre, auprès de l'AFP :

"

Je lis pour la deuxième fois ces derniers jours dans la presse [...] que j'aurais sollicité Vincent Peillon pour se présenter à la primaire de la gauche. Je tiens simplement à dire que je n'en ai jamais eu l'intention et que je n'ai eu aucun contact avec lui directement ou indirectement.

"

À en croire Le Point, "une opération est en cours menée par Aubry, Moscovici, Taubira et Hidalgo pour aller chercher" Vincent Peillon. Dans son édition de mercredi, Le Canard Enchaîné rapporte aussi que Martine Aubry serait "allée chercher Vincent Peillon" en raison du peu d'empressement à se lancer dans la course de l'ex-garde des Sceaux et de la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine.





[BONUS TRACK] Ne jamais dire jamais

Vincent Peillon ambitionne donc d'être élu présidente de la République. Pourtant, pas plus tard qu'au mois d'avril, il assurait auprès de Libération (et comme l'a relevé un journaliste du JDD) :

 

"

Je ne briguerai pas de nouveau mandat électif.

"

Il ajoutait toutefois : "Ce qui ne veut pas dire que je vais me désintéresser de la chose publique."

Du rab sur le Lab

PlusPlus