"Vivantes", "moins passionnées" et avec "plus de dialogue" : Manuel Valls adore les nouvelles QAG au Sénat

Publié à 17h29, le 07 octobre 2015 , Modifié à 17h36, le 13 décembre 2016

"Vivantes", "moins passionnées" et avec "plus de dialogue" : Manuel Valls adore les nouvelles QAG au Sénat
Manuel Valls dans l'hémicycle du Sénat, en juillet 2014 © BERTRAND GUAY / AFP

SÉNAT > ASSEMBLÉE ? - Les questions au gouvernement, un exercice répétitif et sans surprise ? Pas au Sénat, qui vient d'adopter, en cette rentrée 2015, une nouvelle formule des QAG. Avec des innovations qui plaisent beaucouuuup à Manuel Valls. Mardi 6 octobre, le Premier minister a en effet dit à Public Sénat tout le bien qu'il pense de ces QAG nouvelle génération.

Parmi les nouveautés de l'année : un rythme plus soutenu (toutes les semaines au lieu de toutes les deux semaines) et un droit de réponse du sénateur après la réponse du ministre, contrairement à ce qui se pratique toujours à l'Assemblée nationale. Satisfectit du chef du gouvernement :

 

"

On verra à la longue. C’est vivant. Ça permet un dialogue entre le Sénat, sa majorité ou l’opposition sénatoriales, et le gouvernement.

"

De manière générale, les séances au Palais du Luxembourg sont moins agitées que celles au Palais Bourbon, les députés étant plus dissipés et véhéments que leurs collègues sénateurs. Et là aussi, Manuel Valls likes this :

"

En plus, l’hémicycle moins passionné, mois vaste que celui de l’Assemblée nationale, permet peut-être davantage ce dialogue et d’avoir une séance vivante. C’est le but.

 

"

Manuel Valls n'est pourtant pas le moins "passionné" des orateurs dans cet exercice, mais passons.

La réforme du Sénat, mise en place par son président (LR) Gérard Larcher, comprend également la lutte contre l’absentéisme des élus, par le biais de sanctions financières en cas d'absence, notamment lors des questions au gouvernement. De fait, les bancs de la Chambre Haute étaient donc bien plus garnis qu'à l'accoutumée pour ces premières QAG new-look. Commentaire amusé du chef du gouvernement :

 

"

Grâce aux nouvelles mesures prises par le Sénat il y avait beaucoup de sénateurs. [...] J’ai même vu des visages que je ne connaissais pas.

"

"C’est bien, a-t-il encore estimé. Ça permet au Sénat et au Parlement en général de gagner en force et crédibilité."

Le Sénat, the place to be pour les QAG.

Du rab sur le Lab

PlusPlus