Primaire de la droite : voici les 5 étapes de deuil par lesquelles vont passer les perdants du premier tour

Publié à 18h58, le 20 novembre 2016 , Modifié à 19h01, le 20 novembre 2016

Primaire de la droite : voici les 5 étapes de deuil par lesquelles vont passer les perdants du premier tour
Les sept candidats à la primaire de la droite © AFP

Le premier tour de la primaire se déroule ce dimanche 20 novembre. Lorsque les résultats tomberont, deux des sept prétendants à l'investiture de Les Républicains pourront jubiler avant de se tourner, déjà, vers le second tour fixé au 27 novembre.

Pour les cinq autres, en revanche, les temps seront plus durs. Tels Ségolène Royal, affichant sa profonde tristesse après son élimination au soir du premier tour de la primaire de la gauche, en 2011, les cinq éliminés devront passer par différentes étapes avant de pouvoir reprendre une vie normale.

Voici comment cela va se dérouler pour eux, suivant les cinq étapes classiques du deuil :

 

  • Phase 1 : le déni

À mesure que les premières tendances vont tomber, les candidats, ou du moins leurs entourages proches, vont d'abord expliquer que les résultats ne sont pas encore définitifs et que la donne peut changer.

 

  • Phase 2 : la colère

Il va falloir trouver une explication à l'échec. Ce sera donc la faute, au choix (liste non-exhaustive) :

-          De la mobilisation des électeurs de gauche

-          De la mobilisation des électeurs d'extrême droite

-          De la démobilisation des sympathisants LR

-          Des attaques lancées durant la primaire

-          Des mensonges colportés par les soutiens

-          De l'expérience des adversaires

-          Des fraudes observées

-          Des sondages

-          Du machisme ambiant

-          Du Front national

-          Du mauvais temps

-          De François Bayrou

-          De Donald Trump

-          De Mediapart

Etc.

Certains perdants pourraient donc être tentés de déposer des recours.

 

  • Phase 3 : le marchandage

Les éliminés vont devoir penser à l'avenir et chercher à s'allier avec le qualifié du second tour qui, pour eux : 1) porte le mieux leurs idées et 2) a le plus de chance de l'emporter. Il ne faudra pas se tromper : il y aura pour certains, peut-être, un ministère à la clé en cas de victoire en 2017.

 

  • Phase 4 : la dépression

Une fois la primaire terminée, lorsque Les Républicains se seront trouvés un candidat à l'élection présidentielle, va débuter une période de calme relatif au cours de laquelle l'attention sera moins portée sur la droite. Les anciens candidats vont reprendre une activité normale. Terminées les interviews matinales, oubliées les interventions télé. Pour certains, la vie (politique) va sembler bien fade. Il ne faudra alors pas craquer en regardant les enregistrements de ces moments où l'attention était portée sur eux…

 

  • Phase 5 : l'acceptation

Le temps soigne tout. Un jour, les éliminés reprendront goût à la joute. Et reviendront

Du rab sur le Lab

PlusPlus