"Votre question est sacrément orientée !": la colère froide de Valérie Pécresse questionnée sur son mari et une possible "confusion des genres"

Publié à 10h51, le 15 octobre 2015 , Modifié à 12h00, le 21 octobre 2015

"Votre question est sacrément orientée !": la colère froide de Valérie Pécresse questionnée sur son mari et une possible "confusion des genres"

#COLÈRE - Invitée de Territoires d'Infos sur Public Sénat/Sud radio jeudi 15 octobre, Valérie Pécresse s'est fortement agacée des questions de Christophe Bordet. Le journaliste de Sud Radio interrogeait la candidate LR/UDI/Modem aux régionales en Île-de-France sur la profession de son mari et d'éventuelles "confusions des genres". " Vous dites aujourd'hui : on a un matériel roulant en très mauvais état. Ce matériel roulant est fabriqué par Alstom et je me suis aperçu que votre mari est un dirigeant d'Alstom. Est-ce que vous ne craignez pas qu'il y ait une confusion des genres si jamais vous décidez de faire construire des trains par Alstom ?", lui demande-t-il. Le visage de la candidate se durcit, elle lui répond :   

 

"

 Ce que vous venez de dire est à la limite de la diffamation! Le matériel roulant qui est commandé par le syndicat des transports d’Île-de-France fait l'objet d'appels d'offres (...).



Je n'ai jamais participé à aucun appel d'offres sur le matériel roulant parce que justement il se trouve que mon mari, qui ne s'occupe pas du tout de transports mais s'occupe d'énergies renouvelables - ce qui n'a rien à voir avec les transports - ... Je n'ai jamais participé à aucun appel d'offres sur le matériel roulant.  

"

Elle poursuit en expliquant qu'elle ouvrira les appels d'offres à toutes les entreprises européennes qui font du matériel roulant : Alstom, Bombardier, Siemens et Kaff.

Mais elle n'en reste pas là et interpelle le journaliste : 

"

J'ajoute une chose que vous ne savez pas car vous n'avez pas complètement travaillé votre dossier. Mon mari fait partie des salariés d'Alstom qui vont être transférés chez Général Electric, c'est-à-dire qu'à partir de novembre, mon mari ne travaillera plus chez Alstom. 



Ça répond à votre question qui, permettez moi de vous le dire, était sacrément orientée ! Quand on travaille, on travaille véritablement ses dossiers et on vérifie ses sources. 

"

Voir l'extrait isolé par le Lab




 

L'ex-ministre a visiblement du mal à passer à autre chose. Un peu plus tard dans l'interview, elle commet un lapsus, troquant Air France contre Alstom. Elle explique à propos de la compagnie aérienne :  

"

Il faut faire appel à la responsabilité de chacun et inviter tous les salariés d'Alstom à reprendre... d' Air France... Vous voyez comme vos questions personnelles me troublent parce que je n'accepte pas d'être remise en cause sur mon honnêteté et ma probité.

"



Du rab sur le Lab

PlusPlus