Xavier Bertrand l'avoue : "Je ne suis pas Superman"

Publié à 15h12, le 04 septembre 2015 , Modifié à 15h18, le 04 septembre 2015

Xavier Bertrand l'avoue : "Je ne suis pas Superman"
© PHILIPPE HUGUEN / AFP

I'M NO SUPERMAN- Arnaud Montebourg avait déjà essayé de brouiller les pistes quant à son identité secrète. Cette fois-ci, c'est Xavier Bertrand, candidat LR aux régionales en Nord - Pas-de-Calais – Picardie, qui l'avoue : non, il n'est pas Superman. C'est un reportage de La Voix du Nord à Bapaume (62) qui nous l'apprend ce vendredi 4 septembre. 

L'outsider de cette campagne, selon ses propres mots, réunissait ainsi près de cent personnes dans un bar-tabac le jeudi 3 septembre. Et celui qui aime se décrire comme le candidat anti-système justifie d'abord son choix de venir faire campagne dans ce lieu. Il dit :

"

Organiser un meeting et faire applaudir une grande enceinte à tout rompre, pardonnez-moi, mais je sais le faire. C’est vous qui allez fixer l’ordre du jour (…) J’ai cessé de vouloir être dans le bocal politico-médiatico-parisien (…) Et ici, l’endroit est original et la bière est bonne.

"

Seulement, Xavier Bertrand n'est pas uniquement là pour parler de la bière du Nord mais bel et bien pour dérouler son programme et ses idées. Ayant placé le thème du "travail" au coeur de son discours, le candidat déclaré à la primaire de droite de 2016 révèle la cruelle vérité quant à sa capacité d'action dans la région :

"

Je ne suis pas Superman et je n’ai pas de planche à billets ; si vous ne faites pas d’efforts pour chercher du boulot, je m’appelle Xavier Bertrand, ne votez pas pour moi.

"

Une subtile tentative de séduction de l'électorat, un peu à la manière d'Alain Juppé sur le sujet des retraites.

Reste un point crucial sur lequel Le Lab enquête depuis de longs mois : qui est donc le Superman de la vie politique française ? Mystère et boule de gomme pour l'heure. Arnaud Montebourg et Xavier Bertrand sont déjà hors-concours.

[BONUS TRACK] Repose-toi Xavier

Si Xavier Bertrand est parti tôt en campagne, d'autres ont attendu un peu plus longtemps avant de se déclarer. Comme Marine Le Pen par exemple. Mais, visiblement, la présidente du FN n'est pas du tout inquiète quant à un éventuel retard dans sa campagne. Mieux, dans les colonnes du Parisien (lien abonné) le 4 septembre, elle estime que l'ancien ministre du Travail "s'épuise". Interrogée à son sujet, elle dit :

"

Le pauvre... Monsieur Bertrand est parti très tôt, j'ai l'impression qu'il s'épuise, alors que les Français n'ont pas encore la tête dans les régionales. Trois mois de campagne, ça me paraît tout à fait raisonnable. 

"




A LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

Xavier Bertrand passe du blocage de l'A1 par des gens du voyage au problème des armes aux États-Unis

Des cadres LR divergent sur les solutions à apporter pour les individus fichés S

Comment Xavier Bertrand récupère les coordonnées d'électeurs potentiels sans trop le dire

Du rab sur le Lab

PlusPlus