Yannick Jadot pense que François Hollande et ses proches "veulent la défaite" de Benoît Hamon

Publié à 06h58, le 22 février 2017 , Modifié à 06h58, le 22 février 2017

Yannick Jadot pense que François Hollande et ses proches "veulent la défaite" de Benoît Hamon
Yannick Jadot. © PHILIPPE HUGUEN / AFP

Ils l’ont eu bien mauvaise. Et sont depuis orphelins. Depuis que François Hollande a été contraint de renoncer à se représenter, ses fidèles lieutenants boudent et ne savent plus à quel candidat se vouer. Si certains des proches du chef de l’Etat ont déjà rejoint Emmanuel Macron et "En Marche", ce n’est pas le cas des ministres hollandais qui soutiennent le candidat socialiste Benoît Hamon du bout des lèvres. Si ce n’est en silence.

Alors, après les atermoiements de Ségolène Royal, quand Stéphane Le Foll dit une nouvelle fois qu’il pourrait voter pour Emmanuel Macron si ce dernier est le mieux placé pour faire barrage à la droite et à l’extrême droite, ça froisse un peu Yannick Jadot. Le candidat EELV à la présidentielle, qui pourrait se retirer s’il trouve un accord avec Benoît Hamon, estime que François Hollande et ses proches n’espèrent pas une victoire du candidat socialiste, très critique avec le bilan du quinquennat.

Sur RFI et France 24, mardi 21 février, l’eurodéputé écolo a d’abord visé Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement et proche de François Hollande, et accusé l'entourage du président de vouloir "piéger" l'ancien ministre de l'Education nationale :

"

Regardez Stéphane Le Foll ce matin. Aujourd'hui il y a toute une série de responsables du PS qui ne veulent pas d'accord avec les écologistes, qui veulent piéger Benoît Hamon dans la vieille machine socialiste.

"

Relancé pour savoir si ces hollandais voulaient la défaite de Benoît Hamon, Yannick Jadot a assuré, du tac au tac :

 

"

Bien sûr, ils veulent sa défaite. Une série de responsables socialistes ne digère pas le fait que Benoit Hamon ait gagné de cette manière la primaire.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus