Yannick Jadot retire sa candidature à la présidentielle au profit de Benoît Hamon et appelle Jean-Luc Mélenchon à l'imiter

Publié à 21h08, le 23 février 2017 , Modifié à 22h14, le 23 février 2017

Yannick Jadot retire sa candidature à la présidentielle au profit de Benoît Hamon et appelle Jean-Luc Mélenchon à l'imiter
© Montage photos Le Lab via France 2

C’est officiel. Après plusieurs semaines de discussions, Benoît Hamon et Yannick Jadot ont enfin trouvé un accord ce jeudi 23 février en fin de journée. Le candidat du PS à la présidentielle et le candidat d’EELV étaient tous les deux sur la ligne de départ après leurs victoires respectives à la primaire de la Belle Alliance Populaire et la primaire écologiste. Il n’y en aura plus qu’un : Benoît Hamon.

Invité du 20 heures de France 2, Yannick Jadot a en effet dit "retirer sa candidature pour participer à une grande aventure", et ajouté : "C'est ce sur quoi voteront tous ceux qui ont participé à la primaire écologiste". Le député européen EELV a ensuite lancé un appel à Jean-Luc Mélenchon afin que le candidat à la présidentielle de la France insoumise fasse comme lui et retire donc sa candidature au nom du rassemblement de la gauche derrière le candidat socialiste Benoît Hamon. Yannick Jadot a ainsi déclaré :

 

 

"

Jean Luc, dans cet accord, il y a tout ce que tu défends : une constituante, la proportionnelle, la sortie du nucléaire, la sortie des pesticides, la protection de la santé, la protection du travail, la lutte pour la justice sociale. Nous avons la responsabilité de porter une incroyable espérance dans notre pays. Face à Marine Le Pen, face au candidat de l’immobilisme, nous pouvons gagner cette élection présidentielle. Pour la première fois, l’écologie, le social, l’Europe et la démocratie peuvent gagner une élection présidentielle. Alors Jean-Luc parlons-nous, continuons à travailler et créons cette grande espérance autour d’un rassemblement. Ce n’est pas facile, je peux te le dire pour moi, ce n’est pas facile mais faisons-le ensemble parce qu’on parle d’urgence écologique et sociale. Ça ne peut attendre cinq ans, les françaises et les français nous attendent, c’est notre responsabilité historique. Allons vers cette grande aventure.

"

Jean-Luc Mélenchon lui a répondu quelques minutes plus tard, lors de l’Emission politique diffusée sur France 2. Il a affirmé : 

 

 

"

Oui parlons-nous, j’en suis bien d’accord. Je ne prendrais pas le problème comme il le fait, c’est son droit. Lui a déjà retiré sa candidature avant même le vote de ses amis, c’est son affaire. Moi je ne prends pas les choses comme ça. Moi je ne fais pas de pari, je ne suis pas un aventurier. (…) S’il y a un problème à gauche aujourd’hui, ce n’est pas moi qui le pose. Moi je suis au niveau où j’ai été en 2012. Celui qui est à la moitié de son niveau, c’est le candidat du Parti socialiste. Comme il y a cette masse de rancoeurs, de désillusions, ça ne sert à rien de recommencer pour la millième fois un accord d’appareil pour regrouper tous ceux qui ont peur. 

"

 





Le responsable du Front de gauche s'est dit "ouvert" au débat avec Benoît Hamon et est prêt à rencontrer le candidat socialiste ces prochains jours, alors que les deux responsables échangent depuis plusieurs semaines de façon interposée. Il a précisé :

 

 

"

Je suis pris vendredi midi parce que je déjeune avec Pierre Laurent, nous allons faire le point comme nous le faisons régulièrement. Samedi, c’est la journée écologique sur le livret écologique donc je suis pris toute la journée mais je serai prêt dimanche ou lundi, s’il le veut, pour le rencontrer. (…) Je suis ouvert à la discussion. (…) Je ne ferme aucune porte. Ce n’est pas moi qui ferme des portes, je suis prêt à discuter. Si Benoît Hamon me dit : ‘je te propose le principe d’une candidature unique’, je regarderais ce qu’il me propose. Ce n’est pas ce qu’il fait mais je le regarderai quand même. 

"

Jean-Luc Mélenchon n'est donc pas totalement fermé au principe d'une candidature unique à gauche. Surtout si Benoît Hamon se range derrière lui. 

franceinfo: a dévoilé sur son site le contenu de l'accord entre Benoit Hamon et Yannick Jadot. Comme l'avait brièvement précisé sur France 2 Yannick Jadot, le texte évoque notamment la fin du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), une sortie du nucléaire en 25 ans ou encore l'instauration de la proportionnelle aux élections législatives. Selon les informations de franceinfo:, entre 38 et 40 circonscriptions seront par ailleurs réservées aux candidats écologistes, dont les 10 occupées par des députés EELV sortants. 

 

 

[EDIT 21 h 48] Ajout de la réponse de Jean-Luc Mélenchon.

[EDIT 22 h 05] Ajout du contenu de l'accord selon franceinfo:

Du rab sur le Lab

PlusPlus