Anne Hidalgo n'a pas passé ses vacances d'hiver dans un luxueux hôtel à Courchevel dément son entourage

Publié à 21h52, le 05 mars 2014 , Modifié à 08h58, le 06 mars 2014

Anne Hidalgo n'a pas passé ses vacances d'hiver dans un luxueux hôtel à Courchevel dément son entourage
Anne Hidalgo (Reuters)

"C'est franchement n'importe quoi". "Une campagne de boules puantes". L'entourage d'Anne Hidalgo dément catégoriquement que la candidate socialiste à la mairie de Paris ait été invitée par le patron de Free, Xavier Niel, dans un hôtel de luxe à Courchevel, où les prix varient entre 1.450 et 5.650 euros la nuit.

"A moins d'un mois du scrutin, Anne Hidalgo a séjourné dans le plus récent des palaces de la station überchic, L'Apogée, inaugurée en décembre", écrit Paris Match dans son édition datée du jeudi 6 mars :

Hervé Marro, responsable des relations presse de Anne Hidalgo, interrogé dans l'après midi par le Lab, a opposé un vigoureux démenti à ces informations :

 

"

Anne Hidalgo n'a jamais passé quelques jours à Courchevel dans les semaines qui viennent de passer. C'est franchement n'importe quoi. C'est faux.

"

 
 

"Reprenez les agendas de campagne. Et surtout les week-end, l'agenda est plein comme un œuf. On va pas rater à un mois du vote les marchés et les occasions de faire campagne", poursuit Hervé Marro.

Deuxième couche de démentis, en fin d'après-midi, dans un communiqué signé des deux co-directeurs de campagne de la socialiste, Jean-Louis Missika et Rémi Féraud, fustigeant des "allégations farfelues et mensongères" et assurant que Anne Hidalgo "est au quotidien sur le terrain, mobilisée pour Paris" :

"

Une fois encore, nous dénonçons une campagne de boules puantes et d'insinuations, des méthodes de caniveau, et appelons à un débat démocratique et serein. Les Parisiens le méritent.

"

Également interrogée par le Lab, Valérie Muller, directrice de la communication de l'hôtel Apogée n'a pas souhaité répondre :

 

"

Je ne peux pas confirmer, ni infirmer, j’ai un devoir de confidentialité envers les clients.

"

Ivan Valerio, avec Paul Larrouturou

Du rab sur le Lab

PlusPlus