Après avoir relayé une campagne pro-Gaza sur Twitter, la sénatrice UDI Nathalie Goulet se défend de tout antisémitisme

Publié à 17h18, le 04 août 2014 , Modifié à 17h22, le 04 août 2014

Après avoir relayé une campagne pro-Gaza sur Twitter, la sénatrice UDI Nathalie Goulet se défend de tout antisémitisme
Nathalie Goulet en juillet 2013 © Julien Muguet/IP3

"En ce moment, c'est dur", soupire Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l'Orme, qui a passé sa journée à répondre aux accusations d'antisémitisme sur Twitter. Sa faute ? Avoir qualifié sur Twitter de "very powerful" ("très forte") une campagne représentant des responsables politiques israéliens assassinant des personnages de Disney. 



Le 3 août dans la soirée, Nathalie Goulet applaudit donc ladite campagne :




D'abord attaquée sur Twitter, le Plus du Nouvel Obs relaie ensuite ces critiques dans un article intitulé "du dérapage à l'antisémitisme". Nathalie Goulet se défend pourtant de tout antisémitisme. Contactée par le Lab, elle cite son histoire familiale pour désamorcer les critiques :



"

La totalité de la famille de mon père a été raflée au Vel d'Hiv, et mon père s'est miraculeusement échappé. Je ne suis pas juive honteuse mais ça ne regarde personne.

"


"Cette campagne est parue dans tous les journaux aux Etats-Unis, il n'y a pas eu d'interdiction, elle circule librement", s'étonne Nathalie Goulet. Mais la sénatrice ne retire rien sur le fond, elle approuve cette campagne et tire une conclusion : 



"

Je trouve ça absolument invraisemblable que la communauté soit moins choquée par les images d'enfants que par les personnes de Disney.


C'est la preuve que la campagne marche !

"


"Je n'ai pas été extirper une campagne du Hamas pour la promouvoir, je ne suis pas demeurée", s'agace la sénatrice qui balaie les accusations d'antisémitisme : 



"

L'antisémitisme, c'est ce qu'on trouve quand on a rien à dire.

"


Et pour prouver sa bonne foi, la même de citer un de ses billets de blog sur Mediapart dans lequel elle s'alarme des slogans et des images entendues dans une manifestation pro-Gaza. Tout juste admet-elle être "désolée" de l'incompréhension générée par son tweet :



"

Ce tweet a été mal compris, j'en suis absolument désolée, mais je persiste à dire que ce qui se passe à Gaza est un scandale.



Les enfants morts, ça me révolte, et le silence de la comnunauté internationale aussi. Ce tweet a peut-être été maladroit.

"


"A partir du moment où vous critiquez l'état d'Israël, vous êtes forcément antisémite", déplore l'élue, qui utilise une comparaison pour se défendre :



"

J'ai été archi anti-américaine sous Bush et mes deux enfants habitent aux Etats-Unis...

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus