Billets d'avion de Nadia Copé payés par l'UMP : Valérie Pécresse demande le remboursement, "si des sommes ont été indument versées"

Publié à 11h55, le 08 juillet 2014 , Modifié à 12h00, le 08 juillet 2014

Billets d'avion de Nadia Copé payés par l'UMP : Valérie Pécresse demande le remboursement, "si des sommes ont été indument versées"
Jean-François Copé et Valérie Pécresse, en 2010. © Maxppp

REMBOURSEZ LES INVITATIONS - Valérie Pécresse, ancienne ministre du Budget, demande le remboursement des billets d'avion payés par l'UMP à Nadia Copé pour accompagner son mari, Jean-François, s'il est avéré que ces sommes ont été "indument versées".

Invitée de RTL ce mardi 8 juillet, la présidente du groupe UMP au conseil régional d'Ile-de-France se positionne pour "participer au sauvetage de sa famille" en tant que représentante d'une "droite de terrain écœurée de ce qu'elle apprend sur le fonctionnement du parti" :

On ne soupçonnait pas l'ampleur des détournements, de ce qu'il s'est passé au sein du parti, on avait aucune idée de ce qu'il se passait.

Parallèlement à la dette abyssale du parti et à l'ouverture d'une enquête sur le paiement par l'UMP des pénalités de Nicolas Sarkozy, Le Journal du Dimancherévélait le 6 juillet que l'UMP a dépensé 24.000 euros de billets d'avion pour Nadia Copé, épouse de Jean-François, ancien président du parti. Interrogée sur cette information, l'ancienne ministre ne "se fie pas" à "des fuites qui sont très souvent organisées". Sauf qu'elle ajoute :

J'attends ce soir d'avoir toute la transparence sur les comptes mais il est évident que si des sommes ont été indument versées, qui n'étaient pas en lien avec l'activité du parti, elles devront être remboursées.

"Il faut qu'on mette fin à certaines pratiques, à certaines dépenses. [...] Il faut nettoyer l'UMP", ajoute la députée des Yvelines qui "voudrait savoir si [ces voyages] étaient liés à une activité politique ou pas".

Valérie Pécresse ne semble pas prendre en compte la justification de l'entourage de Jean-François Copé, cité dimanche par Le Parisien : "Madame Copé se déplaçait dans des visites officielles, en application de la doctrine mise en place par ses prédécesseurs".

Du rab sur le Lab

PlusPlus