Claude Bartolone met en garde les députés sur leurs attitudes pendant les séances à l'Assemblée nationale

Publié à 13h15, le 04 septembre 2014 , Modifié à 15h13, le 04 septembre 2014

Claude Bartolone met en garde les députés sur leurs attitudes pendant les séances à l'Assemblée nationale
Claude Bartolone à l'Assemblée Nationale le 22 octobre 2013/ Reuters Pictures

DÉPUTÉS COLLÉS - Ce n'est pas encore la rentrée parlementaire, mais Claude Bartolone a déjà repris le boulot. Déjà énervé contre "la faute" de François Rebsamen, le président de l'Assemblée nationale a pris la plume le mercredi 3 septembre afin de prévenir les députés qu'il serait intransigeant avec le comportement de ceux-ci. Fâché par les emportements successifs des élus de la nation, le député de Seine-Saint-Denis a voulu être clair en envoyant un message à tous les parlementaires.

Le Lab s'est procuré cette lettre dans laquelle Claude Bartolone tire les oreilles des députés. Il fait d'abord part de sa "préoccupation" face à l'ambiance générale dans l'hémicycle:

"

Je suis extrêmement préoccupé par le climat dans lequel se déroulent certaines de nos séances publiques et par l'impact que cela a sur l'image de notre Assemblée.

"

"Allées et venues incessantes, invectives, provocations, attitudes outrancières indignes", Claude Bartolone liste tous les comportements des députés qu'il souhaite changer, quitte à prendre des sanctions:

"

Ces dérives minent la crédibilité de notre institution et nourrissent l'antiparlementarisme. L'abondant courrier que je reçois en témoigne. Nous devons conserver en toutes circonstances une attitude digne et faire preuve de respect mutuel. J'y veillerai, y compris, s'il le faut, en faisant usage des dispositions prévues par le Règlement pour garantir l'ordre dans l'hémicycle.

"

Retrouvez ce courrier adressé aux députés en intégralité:

  Bartolone Texte Député



Une lettre qui rappelle également l'abondant courrier de téléspectateurs à la suite de certains de ces débordements, chose déjà évoquée par le passé pendant certaines séances de questions au gouvernement.

Du rab sur le Lab

PlusPlus